Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Les affiches de Jean Tinguely sur le Pont de La Machine

Crédits: Succession Jean Tinguely/Festival de Jazz de Montreux, 1982

S'il existe donc des bijoux d'artistes (voir l'article publié une case plus bas), il y a aussi des affiches d'artistes. Pour certains classiques, comme Toulouse-Lautrec, il s'agissait là d'un aboutissement. La pierre lithographiée marquait le point final de recherches entreprises sous forme de dessins et parfois même de peintures. Pour d'autres, il s'agit de diversifications, pour ne pas dire de produits dérivés. Ce n'est à ce moment-là guère plus qu'un T-shirt imprimé. 

A la fin de sa carrière Jean Tinguely s'est multiplié dans tous les genres. Il y a eu les étiquettes de vins et même des cravates (les hommes en portaient alors encore). Il peut donc sembler normal que le sculpteur ait signé un certain nombre d'affiches, comme sa compagne Niki de Saint Phalle. Le Quartier Libre de la SIG (autrement dit des Services industriels genevois) les propose aujourd'hui dans son espace du Pont de la Machine enjambant le Rhône. Le lieu n'est pas très grand. Il y aura donc deux fournées. Loin de toute galanterie, c'est Jean qui ouvre les feux ce printemps. Niki viendra cet été. Il y a cependant aujourd'hui déjà quelques pièces d'elle aux murs ou sur des cimaises. Il s'agit de montrer les expériences croisées. Tous deux ont ainsi conçu un placard pour le Festival de Jazz de Montreux, lui en 1982, elle en 1984.

Les 700 ans de la Confédération 

L'essentiel reste ainsi voué jusqu'au 17 juin à Jean Tinguely, mort il y a déjà vingt-deux ans. De nombreuses pièces se rattachent à la Suisse, dont le Centre Culturel de Paris fait en quelque sorte partie. Je citerai pour Genève la Galerie Bonnier, aujourd'hui disparue, comme le Musée Rath, où le sculpteur avait une rétrospective. La sculpture en plein air de Môtiers, dans le val de Travers, a été mise en valeur par l'artiste en 1989. La Suisse entière par l'affiche du 1er août 1991, marquant le septième centenaire de la Confédération. Tinguely rappelait alors que la fête nationale se célébrait comme dans son œuvre par du feu, de la fumée et des pétards. L'homme se devait par ailleurs de donner l'image promouvant son exposition chez les Beyeler. La galerie. C'était en 1987. La fondation, qu'il n'aura jamais vue, viendra en effet dix ans plus tard.

Les pièces présentées sur le Pont de la Machine tendent à se ressembler. Difficile de saisir d'emblée leur message. C'est toujours le même fouillis de lignes nerveuses. Les créations tendent du coup à s'annuler l'une l'autre. Elles ne créent plus le même effet de choc que présentées isolément entre deux productions routinières pour d'autres manifestations culturelles ou, désormais rarement, un produit commercial. L'exposition produit donc un effet de surcharge graphique. Presque de saturation. Celle dédiée plus tard à Niki de Saint Phalle, qui se déroulera du 23 juin au 16 septembre, devrait se révéler plus calme, avec plein d'aplats colorés. Une «Nana», cela prend de la place! 

N.B. Pourquoi faut-il imposer au visiteur, un écran géant avec les nouvelles du jour qui défilent? On ne pourrait pas arrêter d'être connecté cinq minutes au monde, d'autant plus que chacun a déjà de nos jours son SmartPhone (sauf moi)? Si cela continue, on va nous afficher un écran avec les cours de la Bourse jusqu'aux chiottes.

Pratique

«Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle, Les affiches», Quartier Libre, pont de La Machine, Genève, jusqu'au 17 juin, puis du 23 juin au 19 septembre. Tél. 022 420 75 75 Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h, les samedis et dimanches dès 10h. 

Photo (Succession Jean Tinguely): Fragment de l'affiche de Jean Tinguely pour Montreux, 1982.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."