Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE / Le Musée d'art et d'histoire fait sa petite mue

Alléluia! Le Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH) annonce un événement. L'accrochage du premier étage a été «presque» entièrement repensé. Une conférence de presse est prévue afin d'annoncer la bonne nouvelle cette semaine. Vous me direz qu'il était temps. Par ailleurs réussie, l'ancienne disposition des peintures avait été réglée par Paul Lang, alors responsable du Pôle Beaux-arts (quelle terminologie!) en 2008-2009. 

Notez que l'ex-conservateur ne se montrait alors fier de ses choix! Aujourd'hui passé à Ottawa, l'homme assurait qu'il avait conçu «l'accrochage définitif» des tableaux, comme si la chose se révélait possible. Le Louvre ou la National Gallery de Londres eux-mêmes modifient sans cesse leurs présentations. Je ne vois guère que le Palazzo Pitti, à Florence, pour oser prétendre à l'immobilisme en Europe. Il s'agit ici de refléter ce qui fut le goût grand-ducal toscan du XVIIe au XIXe siècle. 

Beaucoup de couleurs

Les salles du MAH ont beau se voir qualifiées de «palatines», la tradition reste ici républicaine. Il semble donc évident qu'on confie à l'actuelle tête du Pôle (pour autant que les pôles aient une tête) la responsabilité de pratiquer une nouvelle sélection, en puisant si possible dans le stock que constituent les réserves. Laurence Madeline aura pris son temps. La dame est arrivée d'Orsay fin 2011. Elle n'a monté aucune exposition depuis, son Picasso constituant un reprise. Nous sommes à mi 2013. Il est vrai que Laurence passe pour beaucoup voyager. 

Que donne le résultat de ses cogitations? D'abord de la couleur sur les murs. On aurait la tentation de dire qu'il s'agit là d'une tendance Orsay, si Paul Lang n'avait pas déjà adopté un pourpre pour la période néo-classique. N'empêche que le MAH a fait fort! L'une des salles Hodler s'est nappée de vert. Liotard découvre le turquoise La présentation, temporaire il est vrai, unissant Corot et le jeune Denis Savary ("Les mannequins de Corot") se joue sur un rouge particulièrement strident. 

Manque d'explications

A-t-on sorti beaucoup d’œuvres des caves? Finalement pas mal. Parmi les primitifs italiens, je n'avais pas le souvenir d'une jolie «Madone» de Neri di Bicci (vers 1465), arrivée par le don Holzer en 1937. Le «Vénus et Cupidon» michelangélesque de l’atelier de Michele di Ridolfi (legs Revilliod, 1890) a repris bonne mine après sa restauration payée par les amis du musée. Mais là déjà, on voit ce qui ne va pas. Ce dernier tableau constitue l'une des multiples variantes d'un thème connu. Il faudrait le dire aux gens. Le public a droit à des explications. 

Pour la suite, il est bon d'avoir reconstitué l'envoi napoléonien de 1805. Un cadeau malheureux, qui augurait mal de l'avenir. Déjà divisés, les Genevois n'avaient accueilli que 19 tableaux sur les 45 proposés par Paris. Mais là aussi, de vrais cartels s'imposaient. Comment peut-on montrer le bel «Ecce Homo» de Pierre Subleyras (1737) sans dire qu'il s'agit d'une copie d'un chef-d’œuvre de l'Albane? Et pourquoi accrocher le grand «Ex-voto» comme anonyme, alors qu'une récente exposition parisienne («Les couleurs du ciel», à Carnavalet en 2012) le présentait comme une réalisation probable de Louis I de Boullogne? Notez que le pire n'est pas là. L'étiquette de l'ex-voto ne figure pas (ou ne figurait pas, en tout cas, lors de ma visite du 15 juin) sous le bon tableau... 

Le parcours se poursuit dans le même style. Notons que certaines salles sont demeurées telles que les avaient voulues par Paul Lang. C'est léger pour près de deux ans de réflexion.

Pratique

Musée d'art et d'histoire, 2, rue Charles-Galland, Genève. Tél. 022 418.26.00, site www.ville-ge.ch/mah  Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Photo MAH, Laurence Madeline (à gauche) réglant l'accrochage avec la décoratrice Philippa Kundig.  

Je reviendrai au cours de l'été sur ce feuilleton inépuisable que constitue le Musée d'art et d'histoire.

Prochaine chronique le mercredi 19 juin. Les Genevois aiment-ils les instruments scientifiques? Tout sur la vacation de mardi à l'Hôtel des Ventes.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."