Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Le musée Baur va une nouvelle fois s'agrandir

Je l'ai appris «off», mais pas «off the record» mardi après la conférence des musées. Dès novembre, la Fondation Baur, ouverte au public il y a cinquante ans rue Munier-Romilly à Genève, entrera une nouvelle fois en travaux. Il s'agira cette fois d'agrandir la partie visitable du deuxième étage de cette institution vouée aux arts d'Extrême-Orient, après une libération de l'appartement du concierge qui semble mettre Monique Crick aux anges. Il suffit de regarder son sourire... 

«Le but est de créer un espace permanent pour présenter les donations qui nous arrivent. Il y en a déjà eu des très importantes. Nous en attendons d'autres», explique la directrice. Cet endroit permettrait aussi d'accueillir, de façon temporaire cette fois, des prêts. «Nous n'entendons pas fixer à ces derniers une durée minimale, comme le font certains musées publics.» Privée, la Fondation Baur fait en effet ce qu'elle veut.

Un assouplissement

Pendant longtemps, le Musée Baur s'est limité à montrer des œuvres issues de la collection d'Alfred et Eugénie Baur. Le testament semblait formel. Aucune adjonction nouvelle. La chose menait cependant à une momification du lieu, même si la présentation des pièces restait libre. Un conseil, dont faisait partie feu Olivier Reverdin, a donc trouvé le moyen d'assouplir la règle. Il fallait que les apports soient clairement différenciés des objets Baur. Il a ainsi été possible d'accepter aussi bien des laques que de la porcelaine de Chine d'exportation, des kimonos ou des objets du fumeur. 

Le bâtiment 1880 abritant le musée a déjà été modifié trois fois. Une excroissance, effectuée dans le style originel, sculptures décoratives comprises, a été suivie d'une luxueuse adaptation du sous-sol à des expositions temporaires. Une partie du second étage (à côté de l'appartement donc) s'est enfin vue repensée avec le même faste afin de présenter les œuvres japonaises, laques, céramiques et estampes.

Photo (Office du Tourisme): Le musée Baur. L'excroissance, au premier plan, est un ajout remontant aux années 1970.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."