Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Le match Hôtel des Ventes-Genève Enchères

Mon Dieu, quel hasard! Jeudi 3 décembre, l'Hôtel des Ventes et Genève Enchères invitaient à la même heure leurs bons clients à ce que nos amis anglo-saxons nomment une «preview». Il s'agissait de parcourir, un verre à la main, leurs locaux respectifs avant les ventes. Elles se dérouleront les les lundi 7, mardi 8, mercredi 9 et jeudi 10 décembre pour le premier et les 8 , 9 et 10 décembre pour le second. Autant dire que chacun se voit sommer de faire physiquement son choix. 

Décembre constitue depuis des années le «moment russe» de l'Hôtel de la rue Prévost-Martin. Cette fois, il n'y a ni correspondances impériales, ni vases prestigieux de la manufacture de porcelaine de Saint-Pétersbourg. Les amateurs trouveront cependant leur content d'icônes, d'argenterie ou de Fabergé, ces derniers ayant été créés à Genève par Jean Lombard avec la collaboration de Carl-Théodore Fabergé (1). Il y a aussi un peu de peinture. J'ai noté pour vous l'étonnant «La prise de Berlin, l'Armée rouge devant la porte de Brandebourg, 2 mai 1945» d'Osif Isaakovich Giller, qui pourrait conférer un air martial à votre salon.

Une commode fabuleuse

Pas de vente sans un clou. C'est ici une étonnante commode (l'une des toutes premières du genre) attribuée à Nicolas Sageot, qui l'aurait exécutée vers 1710. Entièrement marquetée de cuivre, de nacre et d'écaille rouge, elle est en bon état et n'a pas connu de retouches importantes. L'Hôtel estime prudemment cette pièce tenant davantage de l'objet d'art que du meuble entre 50.000 et 80.000 francs. J'ai autrement vu un bronze de Rodin (est. 60.000-80.000) ou un autre, plus rare et plus raffiné, du Suédois Carl Miles (1875-1955), «Les ailes» (est. 15.000-25.000). Le reste se révèle d'une honnête tenue. Il devrait y avoir du plus spectaculaire en mars 2016, à en croire les pages d'annonces en fin de catalogue. 

Pas de «highlight» sinon des clips d'oreille de Van Cleef et Arpels (prisés entre 40.000 et 60.000 francs), chez Genève Enchères, qui disperse notamment le contenu d'une grande villa du XIXe siècle à Cologny, dont les visiteurs peuvent découvrir sur place les sculptures de jardin. Inutile de préciser que le nom de famille reste aussi secret qu'un compte numéroté. De cet ensemble très classique, où il n'y a pas un poil qui dépasse, se détache un ensemble de vases antiques. Ils ont été rassemblés entre 1802 et 1810 par Amédée Julien en Italie méridionale et ramenés à Genève en octobre 1811. Donc pas de problème de provenance. 

Les vacations proposées simultanément par les deux maisons se voient complétées par des «ventes silencieuses». 

(1) De Jean Lombard seul, je citerai l'énorme coupe de néphrite ornée d'une tête de taureau en or, rubis et acier bleu (est. 20.000-30.000). L'exemple type d'achat patrimonial que devrait faire Genève.

Pratique

Hôtel des ventes, 51, rue Prévost-Martin à Genève, visites le samedi 5 et le dimanche 6 de 12 à 19 heures. Site www.hoteldesventes.ch Genève Enchères, 38, rue de Monthoux, samedi 5 et dimanche 6 décembre de 12h à 19hwww.geneve-encheres.ch

Photo (Hôtel de Ventes): La couverture du catalogue (enfin du premier des trois tomes!) avec un fragment de la commode en écaille. 

Texte intercalaire.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."