Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Le Mamco se multiplie pour l'hiver. Ulla, Sonia et les autres

Diversité et profusion. Ces deux mots viennent à l'esprit en découvrant les nouvelles expositions (en art contemporain, on préfère parler de "propositions") du Mamco genevois. La chose semble logique. Après une présentation monographique, comme celle qui était réservée et été à Tatiana Trouvé (dont il subsiste une installation), il fallait bien illustrer la diversité d'un musée ne se voulant pas comme les autres. "On a tout remis en ordre", déclare le directeur Christian Bernard. Comprenez que la plupart des murs abattus pour l'Italienne ont été remis en place. L'art reste un éternel recommencement. 

Une femme tient à nouveau la vedette. Comme son nom le laisse supposer, Ulla von Brandenbourg vient d'Allemagne. Quadragénaire depuis peu, elle vit à Paris. Il s'agit, comme souvent de nos jours, d'une créatrice multimédias. Autant dire qu'elle produit de tout, des objets à la sculpture. Le Mamco se limite cependant à 24 des ses films. "Mais attention, il ne faut pas la considérer comme une cinéaste, ni même une vidéaste." La dame se limite à des courts-métrages sans montage. Ils ne comportent qu'un plan séquence, ou une suite de plans enregistrés l'un après l'autre. La chose se voit d'ailleurs sous-titrée "Kein Schnitt".

Projections sur fonds colorés

"L'installation proposée forme en elle-même un scénario." Le visiteur passe donc d'une saynète à la suivante, articulant son discours au gré de ses envies. Il est aidé par le décor, très prégnant. Les murs ont été repeints de couleurs fortes, empruntées à un nuancier de Johannes Itten. Un intégriste du Bauhaus. Le public remarque à quel point le Mamco s'éloigne volontiers du "white cube". "La projection s'effectue directement sur les parois. La pellicule noire et blanche prend du coup les teintes, qu'on appelait des virages, des premiers films muets." Le son tient pourtant ici un rôle important. Il s'agit d’œuvres chantées, la voix demeurant en constant décalage avec les acteurs. Il faut pourvoir supporter cet artifice... 

Dans les autres étages, les manifestations se révèlent plus petites que celle d'Ulla, qui occupe tout de même les onze salles du quatrième. Sonia Kacem, 29 ans, se retrouve de droit au programme. La Genevoise a remporté le Prix Manor (ex-Prix Placette) 2014. Elle sort de la HEAD. Sonia a déjà exposé, notamment à l'Athénée (où la bi-séculaire Société des Arts, distribue des cartes blanches), comme à Piano Nobile. "Elle a cette fois obtenu une bourse lui permettant de séjourner six mois à New York et à Las Vegas." La ville du Nevada constitue une référence, depuis que Robert Venturi a dit qu'il s'agissait du laboratoire architectural de demain. La jeune artiste propose des pyramides de toile de récupération tendue évoquant davantage le casino Luxor que les trois géantes de Gizeh.

Une vitrine de trente-quatre mètres de long 

Le Mamco ne limite pas à ces deux vedettes de la cuvée actuelle. Il fallait un hommage à Claude Rychner, mort en 2014. C'était l'un des fondateurs du groupe genevois Ecart, dont la figure la plus connue reste John Armleder. Il a droit à un espace partiellement doré, avec un accent mis sur l'archer (un monsieur avec des flèches, donc) qu'est devenu l'artiste par la suite. L'immense "plateau" se voit dédié aux sept livres de poésie de Carl Andre, qui va aujourd'hui sur ses 80 ans. C'est une présentation du type biscuit sec. Tapées à la machine, les feuilles se retrouvent alignées dans une vitrine de trente-quatre mètres de long, dessinée par le minimaliste américain. 

Autrement, l'équipe de Christian Bernard honore le don de dessins architecturaux fait par la veuve de Dennis Oppenheim. Les pièces sonores de leur fille Kristin sont ressorties (pour autant qu'on puisse utiliser le mort pour un objet immatériel) de la cave du Mamco "Nous ne les avions pas proposées depuis quinze ans." François Martin fait aussi partie des amis de la maison. Le Mamco lui achète en ce moment des dessins commentés par le philosophe Jean-Luc Nancy. "Il sont tous faits selon le même protocole. Martin ouvre le soir sa messagerie vocale. Il trace un dessin par appel reçu, quitte à y passer la nuit." Il y en a 259 aux cimaises. Notons que le Français n'est pas arrivé les mains vides à Genève. Il a amené cette fois 1018 autres feuilles, dont il a fait don à l'institution. "Nous allons bien entendu les montrer prochainement."

Montrer les collections 

Un musée, c'est aussi des collections. Autrement dit un fonds. Le Mamco a donc raccroché un certain nombre de pièces faisant partie de son histoire. Je me limiterai au "Déjeuner sur l'herbe" revu par Alain Jacquet. Une toile qui a aujourd'hui 50 ans. A des inédits de Marcia Hafif, dont une partie de la production se trouve ici à demeure. Et à l'"Hannelore" de Franz Gertsch. Une provocante fillette nue. Il faut un certain courage pour mettre ce genre de chose aux murs en 2014. Le monde est devenu très frileux. Nous sommes d'ailleurs dans la "séquence automne-hiver".

Pratique 

"Des histoires sans fin, Séquence automne-hiver 2014-2015", Mamco, 10, rue des Vieux-Grenadiers, Genève, jusqu'au 18 janvier. Tél. 022 320 61 22, site www.mamco.ch Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 18h, le samedi et le dimanche de 11h à 18h. Le Mamco est également présent avec "Carnet de bal" à la Fonderie Kugler jusqu'au 30 novembre. Photo (Mamco): Image d'un des courts-métrages d'Ulla von Brandenburg.

Prochaine chronique le samedi 8 novembre. Art contemporain à Genève toujours. Entretien avec Gianni Motti, qui revient chez Joseph Farine, galerie Andata.Ritorno.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."