Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Le MAH "tient sa feuille de route". Une très longue route d'ici 2028!

Crédits: Ville de Genève

Hissez les pavois! Battez du tambour! Sonnez des trompettes! «Le nouveau Musée d'art et d'histoire tient sa feuille de route». Ce n'est pas moi qui l'affirme, mais le maire Sami Kanaan et la commission externe nommée afin d'imaginer une institution requinquée après la raclée de la votation populaire du 28 février 2016. Celle qui a enterré le projet Jean Nouvel. La commission avait émis ses premiers avis en juin dernier. Son projet définitif a été rendu public ce mardi 26 juin. Le personnel du musée a droit a sa grand messe le matin, suivie de celle pour les gens ayant participé à la concertation. Sont ensuite venus les messieurs-dames du Municipal qui, selon Sami Kanaan, ont eu l'air enthousiasmés. La presse a eu son tour en début d'après-midi. Je n'étais pas formellement invité, mais je me suis glissé incognito dans le bâtiment. 

Se trouvaient derrière une estrade dans une salle du premier étage Sami Kanaan, Jean-Yves Marin, toujours et encore directeur du musée, plus Jacques Hainard et Roger Mayou, codirecteurs de la fameuse commission externe. Le quatuor parlait sous une dame bien pensive de Félix Vallotton. La réunion fut brève. Elle paraphrasait en fait le dossier de presse intitulé «Un campus muséal au cœur de la cité». Je reviendrai dans quelques jours sur les détails de l'affaire. Pour des raisons de simplicité, mieux vaut évoquer aujourd'hui le projet à gros traits. De toutes manières, comme ne cesseront de le dire MM Hainard et Mayou, il ne s'agit «pas là des directives staliniennes». «Ce sont des propositions. Après, chacun y mettra du sien.» Le nouveau directeur, ou la nouvelle directrice, qui succédera en 2019 à Jean-Yves Marin se verra associé à la feuille de route. Une longue route, voire même un chemin de Croix, vu que le nouveau MAH ouvrira au mieux en 2028.

Redéploiement en pleine ville 

En creusant un peu, on voit tout de même que ce rapport peaufiné avec quatre autres experts (1) établit des règles assez fixes. Comme le prévoyait déjà l'avant-projet de 2017, le site reste celui de Charles-Galland. Un Charles-Galland étendu. Il annexe en effet l'ancienne HEAD, comme le préconisaient les opposants, et obtiendra des parties creusées. Celles-ci se trouveront peut-être sous une butte de l'Observatoire, que j'avais pourtant cru intangible. C'est également confirmé. Le Rath et Tavel quitteront le giron du MAH, dont le soutien-gorge se sera par ailleurs vu regarni. «Mais il est clair qu'il faut continuer à en faire des lieux d'exposition.» Un élément nouveau! 

«Charles-Galland permettra un redéploiement en pleine ville», appuie Sami Kanaan. Notons que le gain de place ne me semble pas énorme pour les collections. Mais l'idée de tourne a fait son chemin. Le parcours historique, qui avait fait tousser, demeure. Si leurs inventeurs tiennent mordicus à la faire débuter aujourd'hui pour déboucher dans la préhistoire, la machine à remonter le temps disposera de moins de place que dans l'avant-projet. Deux mille mètres carrés pour un «itinéraire fulgurant». Là aussi, ce n'est pas moi qui parle mais les duettistes Mayou-Hainard. «Comment ce fait-il qu'une bourgade insignifiante soit devenue une cité mondialement connue?» Il y aura des chapitres, dont le nombre précis reste à fixer, et des «espaces immersifs sur des aspects singuliers de la ville.» Cela peut quelquefois marcher. Le Musée historique de Lausanne, qui vient de se voir inauguré, en apporte la preuve. Ce sera néanmoins Tavel sans la Maison Tavel.

Collections tournantes

Les collections refont Dieu merci leur apparition dans le discours autrement qu'au détour d'un méandre historique. Il y en aura 4000 mètres carrés. Cela représente le double du sous-sol du MEG. C'est là que la tourne prend toute son importance. L'équipe changera l'ensemble, ou presque, tous les cinq ou sept ans (ce qui me semble déjà long). Mais les collections en question, qui se montent à 650 000 objets après le récolement avant déménagement dans de nouvelles réserves, se répandront aussi dans 2000 mille autre mètres carrés. Thématiques, ceux-là. Certaines idées ont été lancées comme «le minuscule», avec notamment l'horlogerie, ou «le lac et les montagnes». «J'ai aussi aimé le concept de «Le luxe et l'austérité», assène Jacques Hainard, pour lequel la plaisanterie éculée de «un sucre ou pas du tout» caractérise encore l'esprit genevois. 

L'idée phare, nouvelle, semble pourtant de transformer le bâtiment de la HEAD en une Maison des Savoirs de 3600 mètres carrés. «Ce sera à la fois un pôle scientifique et un lieu de médiation», précise Roger Mayou. Il faudra attirer tous les publics, jeunes surtout, en s'en donnant les moyens. Sami Kanaan rappelle encore une fois qu'il reste des gens ayant peur d'entrer dans un musée. Que celui-ci constitue pourtant un espace d'intégration. «L'une des particularités de Genève est que sa population voit sa composition modifiée de dix pour-cent toutes les années.»

Chantier ouvert en 2025?

Quand je vous aurai révélé que le nouveau MAH comprendra une salle d'expositions temporaires de 2000 autres mètres carrés, entièrement modulable pour faire du grand, du petit et peut-être du minuscule, j'arrêterai là pour aujourd'hui. Il faut cependant préciser avant le point final que les coûts ne sont pas arrêtés. Le mécène providentiel me semble difficile à trouver. Il y aura enfin du chemin à accomplir. Le crédit de pré-étude se verra déposé cet automne. L'automne suivant entrera en fonction le nouveau directeur ou la nouvelle directrice. Il faudra ensuite lancer le concours d'architecture, dont les candidats ne travailleront cette fois plus dans le bleu, mais en suivant la feuille de route. Ajoutez les résultats du concours d'architecture, la consultation publique, les procédures et les demandes de crédits. Nous serons en 2024. Le chantier pourrait ouvrir en 2025 pour une inauguration courant 2028. C'est loin 2028! Vous pouvez donc attendre quelques jours avant de connaître la suite.

(1) Dont deux experts du Rijksmuseum d'Amsterdam et des Confluences de Lyon, toujours cités en exemples par Sami Kanaan, alors qu'ils me semblent plutôt des exemples de ce qu'il ne faut pas faire.

Photo (Ville de Genève): Le Musée d'art et d'histoire en 2013.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."