Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Le MAH modifie enfin son accrochage des peintures le 1er mars

Crédits: Musée d'art et d'histoire, Genève 2018

Ouf, quelque chose bouge enfin! Dès le 1er mars, le Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH) présentera «La collection beaux-arts revisitée». On doit sans nul doute la chose à Lada Umstätter, en charge des beaux-arts depuis octobre 2017. Elle aura su persuader son supérieur hiérarchique qu'il était possible de faire quelque chose en dépit d'un supposé manque d'argent. Les finances, argument massue de Jean-Yves Marin directeur du MAH! Un homme voulant que surtout rien ne se passe chez lui jusqu'à son départ... Ce départ a pourtant été reporté par le magistrat en 2020 «afin qu'il puisse jouir d'une vraie retraite». Parler de «retraite bien méritée» semblerait en effet ici pour le moins abusif.

Que verra-t-on dès le 1er mars? Oh pas tout le premier étage repensé, bien sûr! La nouvelle directrice du Pôle beaux-arts doit adopter la technique des petits pas. Il subsistera ainsi jusqu'en 2019 des salles remontant au temps de Laurence Madeline, qui les avait bariolées à souhait, à celui de son prédécesseur Paul Lang, voire même à Claude Ritschard, dont le souvenir devient lointain. Le début se fera par la fin, si j'ose dire. La première tranche du renouvellement ira du contemporain à Corot, en passant bien sûr par les salles Hodler, vidées pour l'exposition qui commencera au Musée Rath le 20 avril. Il y aura là du fixe et du «tournant». Le but est notamment de faire rouler dans les cabinets la collection graphique du MAH.

Priorité suisse 

Une priorié se verra donnée à l'art suisse, point fort du musée en dépit d'ouvertures parfois insolites (avec l'Angleterre notamment) sur la création internationale. Le premier accrochage temporaire se verra ainsi consacré, anniversaire oblique, à «Hodler intime». Si j'en crois le dépliant qui m'est tombé dans les mains, il y aura aussi des présentation thématiques. Le premier se verra consacré aux baigneurs (et donc aussi aux baigneuses) de Cézanne à Picasso. Le carton du MAH porte du reste comme image «Le lesteur» d'Henri-Edmond Cross de 1906. Un des chefs-d'oeuvre du piontillisme. 

En 2019, sur des fonds de couleurs renouvelés en plus discrets, les Genevois pourront découvrir la suite. Elle ira de Konrad Witz à Corot. L'idée est d'y inclure des oeuvres n'ayant pas été vues depuis longtemps, voir jamais vues sur les cimaises. Il paraît que les tableaux se bousculent en ce moment dans les ateliers de restauration du MAH, placés sous la direction virtuose de Victor Lopes.

Pratique 

«La collection des beaux-arts revisitée», Musée d'art et d'histoire, 2, rue Charles-Galland, Genève, dès le 1er mars. Tél. 022 418 26 00, site www.ville-geneve.ch/mah Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h.

Photo (Musée d'art et d'histoire, Genève): Des baigneurs de Cézanne, faisant partie de la Fondation Prévost.

Texte intercalaire.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."