Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/La Société des Arts repart pour un deux cent quarantième tour

Crédits: Photo extraite du site de Vicente Lesser

Et c'est reparti pour une 240e année! Deux cent quarante ans, ce n'est pas vraiment un anniversaire. Attendons encore une décennie. La Société des arts genevoise devrait y arriver, en dépit de la dureté des temps. La Genève endogamique et intellectuelle qu'elle représentait est arrivée en fin de course. La Société doit se renouveler, trouver d'autres types d'adhérents et créer des formules différentes de consommation culturelle. A l'heure de la surenchère des offres, la conférence vespérale doit se révéler de haut niveau pour attirer un public autre que septuagénaire. 

Il y a beaucoup de choses dans le joli programme bien illustré (c'était une bonne idée que de reprendre les allégories du plafond de la salle des Abeilles).Si la classe des beaux-arts y garde la part du lion, ou plutôt de la lionne, celles d'agriculture & art de vivre, tout comme celle d'industrie & commerce, ont repiqué du vif. Outre les exposés, il y aura ainsi des visites, des voyages, une journée d'étude et un repas. Plus les concerts, bien sûr, puisque les «Jeudis du piano» inventés par la pugnace Claire Haugrel en arriveront à leur dix-septième édition. Ils se doubleront cette année de «Sérénades au Palais». Palais de l'Athénée, bien sûr!

Cinq artistes émergents 

J'en resterai ici, comme le veut cette rubrique, aux seuls beaux-arts. Les conférences forment cette fois un cycle, préparant un voyage à Bologne et un autre au sud de l'Angleterre. Il y en aura quatre, toutes prononcées par Jan Blanc, le jeune doyen de la Faculté des Lettres. Jan parle très bien. Très longtemps aussi, mais son public adore ça. S'il fallait faire une classification, je dirais qu'il fait partie de ceux qui brassent avec talent l'histoire, l'économie, la politique et les idées. Il aura donc le souffle voulu pour situer la place de Bologne dans les arts du XVIIIe et surtout du XVIIe siècle. Le professeur pourra aussi proposer un parcours clair dans cet art britannique qui (jusqu'à nos jours, du reste) suit une trajectoire parallèle à celle du Continent. Notons que Jan Blanc a beaucoup travaillé sur le discours théorique de Josuah Reynolds, qui fut en 1768 le premier président d'une Royal Academy brillant encore aujourd'hui de tous ses feux. 

L'autre gros morceau de la classe des beaux-arts (je ne vous dis naturellement pas tout) sera la suite d'expositions à la Salle Jules-Crosnier. Il y en aura cinq, Chloé Delarue ouvrant la série le 29 septembre. Cette initiative se poursuit depuis maintenant quarante ans. Son but est de donner un sérieux coup de pouce à des plasticiens venant d'obtenir leur diplôme. Des «émergents», comme on dit aujourd'hui. Chacun d'eux a droit à une présentation, assortie d'une publication. Après Chloé viendra le tour de Marius Margot, de Yoan Mudry (le plus connu d'entre eux) de Simone Holliger et de Vicente Lesser. On sera alors en mai 2017.

Travail sur les archives 

Mon dernier mot (un mot de plusieurs phrases) sera pour les pages «Collections & Archives» de cette brochure. Depuis ce printemps, la Société des Arts entend valoriser le patrimoine accumulé depuis 1776. Le projet est développé sous la direction de Sylvain Wenger, avec l'aide d'une commission. Ce travail donnera lieu à une exposition assez courte à la Salle Crosnier. Il fera aussi l'objet d'une journée d'étude, le vendredi 25 novembre. Il fallait un moment de réflexion, qui situe cette action dans un contexte international. Titre choisi: «Penser/classer les collections des sociétés savantes».

Pratique

Société des Arts, Palais de l'Athénée, 2, rue de l'Athénée, Genève. Tél. 022 310 41 02, site www.societedesarts.ch Le site est très bien fait.

Photo (tirée du site de l'artiste): Des sculptures de Vicente Lesser, l'homme qui clôturera en mai les exposition de la Salle Crosnier.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."