Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/La Grob Gallery ouvre ses portes avec le photographe Wiliam Klein

Crédits: William Klein, Grob Gallery

C'est à 88 ans une légende vivante de la photographie, et il n'y en a plus beaucoup. La plupart des autres sont mortes. William Klein a révolutionné l'image argentique, en lui donnant du mouvement, et même de la violence. C'est particulièrement sensible dans ses reportages de mode, à partir des années 1950. Avec lui les mannequins, jusque là confinés dans des studios, descendaient dans la rue et se mêlaient au commun des mortels. Ce sont ces dernières œuvres que Grob a sélectionné pour son exposition d'ouverture à Genève, «Fashion Photos». La galerie regroupe en effet ses forces dans notre ville, 2, rue Etienne-Dumont. Elle succède, dans cet espace un peu trop surélevé pour avoir des vitrines visibles du dehors, à Jacques de La Béraudière. Ce dernier, après un intérim, avait lui-même pris la place de Guy Bärtschi. 

L'intérieur n'a guère changé. C'est la même division en trois espaces, avec une sorte de hall, la galerie et un bureau directorial derrière une vitre. Les photos accrochées aux murs ont été tirées en grand, voire en très grand. C'est la tendance du moment. Toujours plus gros, au risque que ressembler à une exposition d'affiches! La plupart des pièces présentées sont célèbres par la reproduction. On parle dans ce cas-là d'icônes, et William Klein en a pas mal à son actif. Une focalisation a été faite sur le noir et blanc. Il y a une seule vaste couleur, montrant à l'intention de «Vogue» deux mannequins ultra-sophistiqués, posés comme des potiches devant une boutique rose de coiffeur de quartier. Notons au passage que ce dernier, Noir, avait été coupé à l'époque pour la publication dans cette revue glamour.

Le style de deux époques

Autrement, le visiteur trouve des images, avant tout en hauteur (un magazine a par définition des pages verticales...) reflétant les maquillages et les modes des années 1950 et 1960. La première décennie conservait une élégance traditionnelle, qui détonne ici dans un cadre quotidien. Les «sixties» se sont, elles, voulues tout en extravagances. Les folies d'une époque follement prospère. Klein a fort bien su en montrer le caractère artificiel et excessif de ces modes, même si elle traduisaient aussi un féminisme en marche. 

Grob ouvre donc avec de la photographie. Une photographie devenue classique avec la patine des ans, même si elle a ici conservé sa force. La galerie entend se consacrer aux classiques, même si ces derniers ne refléteront pas, comme chez Jacques de La Béraudière, la première moitié du XXe siècle. Klein ne restera pas seul en son genre. Mais Grob, la monsieur qui est dans le bureau séparé du reste de la galerie par une baie vitrée, présentera également de la peinture ou de la sculpture. Rien d'expérimental, apparemment. L'enseigne avait donc davantage sa place dans le cadre de la Vieille Ville qu'aux Bains. Interart, Sonia Zannettacci, Charly Bailly ou Schifferli me semblent sur la même longueur d'onde, même si la note varie parfois.

Pratique 

«William Klein, Fashion Photos», Grob Gallery, 2, rue Etienne-Dumont, Genève, jusqu'au 3 février. Tél. 022 810 86 56, site www.grobgalery.com Ouvert du lundi au vendredi de 14h à 18h. 

Une case plus loin dans le déroulé, vous avez ensuite mon entretien avec William Klein. A tout de suite!

Photo (William Klein): L'image avec les deux mannequins et le coiffeur. Ce dernier a été à l'époque censuré par «Vogue».

Prochaine chronique le samedi 26 novembre. La Tate Britain présente Paul Nash, un artiste britannique mort en 1946 qu'on a peu de chances de voir un jour sur le Continent.

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."