Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/L'Hôtel des Ventes disperse la collection Henri-Ferdinand Lavanchy

Crédits: Hôtel des Ventes Genève

Il y avait eu un galop d'essai en mars 2015. Voici la course de fond. Lors de ses vacations de mars, l'Hôtel des Ventes de la rue Prévost-Martin dispersera le contenu du château de Bonmont (près de l'abbaye du même nom). Le monument avait été acquis en 1986, puis meublé par Henri-Ferdinand Lavanchy, mort en janvier 2012 à 85 ans. Le Vaudois avait créé en 1957 une société de placement temporaire. Elle était devenue Adia Interim en 1959. L'entrepreneur l'avait cédée en 1991. A la suite d'une fusion avec une autre société analogue, Adia Interim fait partie d'Adecco depuis 1996. 

Lors de son décès, Lavanchy pesait selon des sources pour le moins divergentes soit 200, soit 800 millions. C'est beaucoup. On pouvait s'attendre à un ensemble fastueux. L'homme restait cependant davantage un amateur désirant vivre dans un cadre ancien qu'un véritable collectionneur. Quelques «highlights», comme on dit dans les maisons d'enchères anglo-saxonnes, se détachent d'un ensemble au goût un rien daté. Le plus beau meuble semble un cabinet du XVIIe siècle plaqué d'écaille (ce qui en rendra l'exportation aujourd'hui difficile), avec des tiroirs décorés d'après Rubens. Il se voit estimé entre 30.000 et 50.000 francs. Une superbe tapisserie romaine, dans un étonnant état de conservation, tissée d'après un carton de Francesco Romanelli (qui travailla à Paris pour Mazarin et Anne d'Autriche) se voit prisée entre 20.000 et 30.000 francs. Pas cher. Mais il faut dire qu'elle mesure trois mètres cinquante de haut!

Un caravagesque magnifique 

Côté tableaux, la succession Lavanchy comporte un énorme Mattia Preti, important peintre napolitain de la fin du XVIIe siècle. «Les Cinq Sens» devrait rapporter entre 60.000 et 80.000 francs, mais les estimations de l'Hôtel des ventes se veulent toujours incitatives. «La Tour de Babel», un Peeter Baltens dans le genre Bruegel, reste ainsi évaluée entre 60.000 et 80.000. La pièce maîtresse est ici le «Jésus chassant les marchands du Temple» de Matthias Stomer. Un Néerlandais ayant vécu en Italie et en Sicile dans les années 1630-1640, sur lequel ont ne sait quasi rien. Il n'en s'agit pas moins d'un caravagesque remarquable, à qui l'on attribue une centaine de toiles religieuses. L'Hôtel en espère modestement entre 150.000 et 200.000 francs. C'est cependant la couverture du catalogue... 

Outre les biens Lavanchy, Bernard Piguet, à la tête de l'Hôtel des ventes, proposera de l'argenterie provenant de feu Richard Stern, qui dirigea il y déjà bien longtemps Christie's Genève. Il y aura aussi des antiques. J'ai noté une statuette hellénistique en marbre (20.000-30.000), une tête romaine d'Esculape du IIe siècle (30.000-50.000) et une autre du Gandhara de la même époque (20.000-30.000). Cette sculpture en schiste, créée au Pakistan ou dans l'Afghanistan actuels, a pour elle un plus. L’œuvre est connue en Occident depuis 1970, ce qui exclut un pillage récent.

De tout petits prix aussi 

Beaucoup de choses se nichent parmi les quelque 4000 lots prévus entre les enchères et les ventes silencieuses. Je pense a un flacon indien taillé dans une énorme émeraude de 100 grammes (2000-3000). A une console patrimoniale du Genevois Jean Jaquet, sculptée vers 1790 (10.000-15.000). Ou encore à une bonne toile de Louis Valtat, «La Mer», datée 1919 (50.000-70.000). Le but de la maison demeure cependant de contenter tout le monde. De nombreuses pièces resteront sans doute à de tout petits prix. Une montre Cartier, car il y a ici toujours beaucoup de montres et de bijoux, devrait ainsi «faire» environ 150 francs. 

L'Hôtel en profite pour signaler ses vacations de juin. On en connaît déjà la vedette. Il s'agit de «La pêcheuse de coquillages» de William Bouguereau, mort en 1905. Il est désormais loin le temps où l'on riait de ce maître, supposé «pompier». L'estimation tourne ici entre 300.000 et 500.000 francs. Prix d'amis!

Pratique 

Hôtel des ventes, 51, rue Prévost-Martin, Genève, exposition publique du 4 au 6 mars, mises à l'encan du 7 au 10 mars. Tél. 022 320 11 77, site www.hoteldesventes.ch Le catalogue papier n'a pas encore paru. C'est le site qu'il faut consulter.

Photo (Hôtel des Ventes): "Jésus chassant les marchands du Temple" de Matthias Stomer, vers 1630. Un tableau de musée.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."