Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/L'Hôtel des Ventes attend vos enchères la semaine prochaine

Crédits: Hôtel des Ventes

Et c'est reparti pour un tour! Jeudi 9 juin, l'Hôtel des Ventes accueillait ses invités pour ce qu'on eut appelé, il y a bien longtemps, une «preview». Il y avait deux fournées. A 16 heures, c'était les professionnels, autrement dit les marchands. Une espèce qui se raréfie au même rythme que les ours blancs ou les pandas géants. A 18 heures, suivaient les principaux clients, qui prennent eux de la bouteille. Le monde de l'antiquité et de la brocante a besoin d'une bonne dose de sang frais. 

L'Hôtel avait pourtant fait des efforts de présentation, comme pourront en juger les visiteurs «normaux» ce vendredi, samedi et dimanche. Repensé, l'espace en sous-sol semble plus vaste. Il contient aussi moins de choses. L'équipe de Bernard Piguet se fait plus sélective. Il y a des cas que l'on sait désormais désespérés, surtout dans le domaine du mobilier. On remarque du reste que la salle des bijoux (1) abrite cette fois l'Extrême-Orient, histoire de donner davantage de place au design, qui a pour l'instant le vent en poupe.

Animaux empaillés en quantité 

Comme toujours, il y a rue Prévost-Martin des ensembles. L'un d'eux, revenu des Etats-Unis, consiste en argenterie lausannoise des XVIIIe et XIXe siècles. Une jolie sélection, mais ce sera dur parfois de trouver des preneurs. Il y a beaucoup de livres anciens, genre pour lequel la clientèle est devenue très sélective. Avec quelques autographes. Un amateur sérieux lisait devant moi avec émotion un poème calligraphié par Paul Fort. Mais qui connaît encore aujourd'hui Paul Fort? Une salle entière contient enfin, dans un entassement un brin mortifère, une série d'animaux empaillés, dont la tête et le cou d'une girafe, qui semble ainsi avoir été guillotinée. On comprend pourquoi la veuve du chasseur aimerait bien les disperser. Il y en a trop! 

Et les «highlights»? Y a-t-il des «highlights»? Oui, au moins un. Le clou de la vente est une superbe «Pêcheuse» de William Bouguereau (1825-1905) datée 1890. Un vrai tableau de musée. Henry-Ferdinand Lavanchy l'a acquis pour son château de Bonmont, un jour où il avait du goût. Cette grande toile, enchâssée dans un cadre spectaculaire, se voit estimée entre 300 000 et 500 000 francs. A ce prix-là allez-y! A part ça, l'Hôtel compte beaucoup (entre 100 000 et 150 000) sur une toile de Chu Teh-Chun, mort nonagénaire en 2014. Elle vient au départ de chez Pierre Huber.

Lots de charme 

Il y a autrement, dans cette vacation complétée par une vente silencieuse, beaucoup de lots qu'on dira «de charme». Plus ce qui a le mérite pour les amateurs d'avoir perdu beaucoup de sa valeur vénale. Je pense notamment à une paire de chaises dorées Louis XVI, estampillées Boulard. Elle n'est pas très, très loin des modèles versaillais. C'en est la version grands bourgeois. Mais là, aucun problème financier en cas de falsification postérieure. Entre 2000 et 3000 francs de prisée, c'est nettement moins cher que le coût de fabrication à l'heure actuelle!

(1) Parmi les bijoux se trouvent cinq lots d'objets créés par le joaillier Jean Lombard, longtemps actif à la Corraterie. Il ya là une coupe spectaculaire (et énorme). Un parfait achat pour Genève. Les oeuvres de Lombard sont devenues rares. Il s'agit donc là d'un objet pa-tri-mo-ni-al.

Pratique

Hôtel des Ventes, 51, rue Prévost-Martin, Genève, visites le vendredi 10, le samedi 11 et le dimanche 12 juin de 12h à 19h. Ventes les lundi 13, mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 juin. Tél. 022 320 11 77, site www.hoteldesventes.ch Tout figure sur le site, qui a été remodelé. 

Photo (Hôtel des Ventes): Quelques-uns des animaux empaillés, qui seront vendu au profit d'une fondation pour la sauvegarde de la faune. Si!

Texte intercalaire.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."