Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE / Chic! La BAA montre ses livres de photographie

La photo et le livre font bon ménage. Une petite exposition le prouve depuis quelque semaines (soyons honnêtes, quelques mois, honte à moi!), à la Bibliothèque d'art et d'archéologie (BAA) de la promenade du Pin. Il y a là, dans quelques vitrines, des ouvrages tirés des collections par Véronique Goncerut Estèbe et son équipe. Au centre se trouve un dossier autour de l'ouvrage du Genevois Christian Lutz, interdit de diffusion en 2013. "Il m'a semblé symptomatique qu'un livre censuré de nos jours soit composé de photographies." Une large place se devait par ailleurs d'être réservée aux auteurs locaux, de Steeve Iuncker à Olivier Vogelsang. 

Les titres présentés, qu'un livret de salle invite à compléter en consultant d'autres volumes conservés par la BAA, résultent de cas de figure différents. Il existe des recueils d'images, établis ou non avec les auteurs. Il y a là des projets menés à bien par un artiste, qui en conçu la maquette après en avoir créé les illustrations. Plus toutes sortes de possibilités intermédiaires. Ce que nous appelons "un livre de photos" répond à une infinité d'intentions diverses. La commercialisation se révèle, elle aussi, variée. Certains ouvrages sont imprimés jusqu'à épuisement de la demande. D'autres ont connu un tirage volontairement limité. 

Le plus simple reste d'en parler avec Véronique Goncerut Estèbe, qui insiste pour dire qu'il s’agit là d'une présentation fragmentaire. "Au départ, "Livres de photographes" devait accompagner, au Cabinet des arts graphiques, situé un étage plus bas, une exposition consacrée aux photos conservées par le Musée d'art et d'histoire (MAH)." Celle-ci, on le sait, n'a jamais eu lieu.

Tout d'abord, qu'est -ce que le MAH possède comme photographies?
Vous le savez comme moi. Il y a eu le Centre d'iconographie genevoise, qui relève maintenant de la Bibliothèque de Genève. Un énorme ensemble tournant autour de la cité et du canton. Les collections de beaux-arts renferment des photos d'artiste. Un important fonds archéologique est lié à l'histoire de l'institution. Pensez aux image grecques, exposées naguère par Jacques Chamay et que l'on doit à Waldémar Deonna. A cela s'ajoute bien sûr la photothèque du musée, en cours de numérisation. Il s'agit là de la reproduction d’œuvres des collections. 

Et, les livres, parmi tout ça?
La BAA se trouve au croisement avec des albums illustrés, des créations de photographes, des objets en forme de "leporello" (dépliants, généralement en longueur). Le livre est un vecteur qui peut se décliner sous de multiples formes. Je dirais juste que, si un artiste décide de tout lui-même, le résultat acquiert une autre dimension. Il y a là un projet, qui a comme but un ouvrage imprimé. 

Comment les livres de photo sont-ils entrés à la BAA?
Nous avons toujours été une bibliothèque d'art. Cela supposait des ouvrages illustrés, généralement par des images argentiques. La BAA a développé une politique d'acquisition au temps où l'on contestait encore l'idée d'un 8e art. Nous détenons ainsi de fonds remontant à une époque où la photo, embourgeoisée, n'était pas encore à la mode. 

S'agit-il d'achats ou de dons?
Les deux. Nous avons continuellement bénéficié de crédits d'acquisition. Nous ne prenons pas tout. Il faut pratiquer des choix. Le principe est de constituer des séries, en suivant des auteurs. La BAA n'est pas encyclopédique, mais elle doit par ailleurs fournir des informations sur tous les types de création. Si nous n'achetons pas, pendant qu'il est temps, certains ouvrages, qui le fera à Genève? La chose se complète par les dons reçus. Ils sont généreux. Je m'inquiète cependant pour l'avenir. En partie faute de place, les gens achètent moins de livres et ils ne les conservent pas longtemps... 

Vous manquez aussi de place!
Là, il y a un espoir. Nous aurons un local sous la plaine de Plainpalais, abandonné par Swisscom. Il manque juste les crédits d'aménagement.

Pratique 

"Livres de photographes", Bibliothèque d'art et d'archéologie, 5, promenade du Pin, jusqu'au 31 mai. Tél. 022 418 27 00, site www.ville-ge.ch/baa Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h, samedi de 9h à 12h.

 

Not Vital revient au Cabinet des Arts graphiques avec... du verre, de l'argent et du marrbre

Coucou, le revoilà! Les Genevois auront plusieurs fois vu Not Vital depuis que le Grison a reçu le Prix BCG en 1990. La dernière fois, c'était l'en dernier avec des travaux sur papier, que présentait route des Jeunes Guy Bärtschi. L'homme revient cette fois au Cabinet des Arts graphiques, promenade du Pin. Il y présente, outre des gravures et des peintures, des sculptures parfois coulées en argent. Avouez qu'on s'éloigne ici quelque peu du sujet, ou plutôt de la nature du Cabinet... 

Né en 1948 à Sent, où il a ouvert une fondation en 2003, le Suisse pourrait s'apparenter aux gens de "l'arte povera", de la même génération que lui. Comme eux, il s'intéresse à la nature. Comme eux, il mélange les voyages planétaires (USA, Niger, Italie, Chine) et les séjours villageois. Comme eux, il a progressivement glissé vers des réalisations somptueuses. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir non seulement des cubes d'argent mais une luge en marbre de Carrare ou des boules de neige en verre de Murano. Notez qu'il y a ici une demi douzaine à peine de ces dernières, prêtées par un privé. L'installation "Snowballs", l'an dernier à l'Isola San Giorgio de Venise, impressionnait davantage avec ses centaines de sphères semi-transparentes.

Des "Satires" en mai

Bien agencée, bien présentée, l'exposition mériterait un public élargi. J'étais seul le dimanche après-midi de pluie où je l'ai vue. Mais il faut dire qu'elle ne se prend place dans aucune politique cohérente du Musée d'art et d'histoire, dont dépend le lieu. Ce dernier organise trop peu de manifestations. Elles devraient en plus mettre en valeur le fonds, ce qui n’apparaît ici pas les cas. Aucun objet n'appartient en propre au Cabinet. Celui-ci se rachètera en mai. Il présentera alors des caricatures genevoises et anglaises du XVIIIe siècle, tirées de ses collections, sous le titre de "Satires!".

Pratique

"Not vital, Tanter", Cabinet des Arts graphiques, 5, promenade du Pin, Genève, jusqu'au 13 avril. Tél. 022 418 27 70, site www.ville-ge.ch/mah Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Photo (MAH): Une tête presque abstraite en marbre de Not Vital, présentée par l'ex-Cabinet des Estampes.

Prochaine chronique le vendredi 24 janvier. Le livre choc sur le peintre Lucian Freud, mort en 2011, vient de sortir. On y apprend beaucoup sur l'un des artistes les plus chers du monde.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."