Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Bons résultats pour la première année complète du MEG

Crédits: Jonathan Watts/MEG

Je vous ai déjà raconté le cri de victoire des musées publics et privés genevois. Ils ont accueilli environ 900.000 personnes en 2015. Le chiffre se voyait cependant présenté de manière compacte. C'était officiellement pour ne pas pénaliser les petites institutions. Il est aussi permis de penser que la chose visait à camoufler de mauvais résultats. 

Le musée d'ethnographie, ou MEG, vient d'envoyer les siens. Précis à l'unité près. Pour cette première année d'exercice complet, après la réouverture d'octobre 2014, les chiffres se révèlent plutôt bons. Il y a eu 159.973 visiteurs. Sur ce nombre, 28.067 ont vu l'exposition sur les rois Mochica, qui en a totalisé depuis son ouverture 48.520. Le succès du «Japon de Madame Butterfly» apparaît du coup très moyen. Sur les 22.337 personnes venues voir cette manifestation sur le bouddhisme, 18.666 sont venues en 2015. Gratuite, la présentation semi-permanente sur la diversité a attiré 85.445 personnes. Rappelons qu'elle présente 1000 objets environ, sur les quelque 80.000 pièces figurant dans le fonds du MEG. Ici, on reste dans les montants raisonnables. Pas de centaines de mille comme ailleurs. Environ 30.000 auditeurs et spectateurs ont enfin participé aux concerts, spectacles, conférences et autres. Une excellente nouuvelle.

L'Amazonie dès le mois de mai

Le 20 mai s'ouvrira la prochaine grande exposition. Il s'agit de «Amazonie, Le chamane et la pensée de la forêt», qui a remplacé celle sur les îles Fidji initialement prévue. Travailler, comme le font beaucoup de musées, en coproduction peut se révéler difficile. Proposée par le directeur Boris Wastiau, elle travaillera sur les riches collections du MEG en la matière. Avec 6000 items, la collection genevoise est l'une plus riches connues. Il s'y trouve de quoi traiter des civilisations comme celles de Kayapó, des Wayana, des Yanomani ou des Shuar, plus connus sous le nom de Jivaros. Il y aura des plumes, mais aussi des pierres polies et de la céramique. Des têtes réduites aussi? Je ne sais pas. Genève n'est pas chaud pour les restes humains, alors que le Quai Branly, à Paris, ne s'est pas gêné pour montrer de nombreuses têtes coupées dans son exposition «Cheveux chéris». 

L'exposition sera longue. Elle ne prendra fin que le 8 janvier 2017. Elle se verra complétée par une galerie de photos itinérante, proposée par Jonathan Watts. Titre: «Conteurs d'Amazonie». 

Photo (Jonathan Watts/MEG): Natte à fourmis Kounagan. Un des 6000 objets amazoniens du MEG.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."