Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Attention! Plus que quelques jours pour voir l'Amazonie au MEG

Crédits: MEG, Genève

J'ai honte. Mais un moment de honte est vite passé. Lorsque je vous ai fait mon «best of» (et le «worst of» aussi) des expositions suisses, il y a quelques semaines, j'ai oublié le MEG. Il faut dire que l'exposition «Amazonie, Le chamane et l'esprit de la forêt» durait déjà depuis longtemps. Le musée d'ethnographie genevois n'en produit qu'une par an, ce qui n'est pas beaucoup. Il faut dire que l'essentiel de sa programmation depuis sa réouverture semble se concentrer dans ce qui va avec. Comme le Japon en 2015, l'Amazonie a ainsi donné lieu à suffisamment de manifestations diverses pour occuper les amateurs à plein temps, ou presque. 

Tout a une fin. Le 8 janvier 2017 sera le dernier jour de visite. Il faut donc profiter des fêtes pour voir, ou revoir, cette réussite (avec une expo par an, on n'a pas droit à l'erreur) à la fois intellectuelle et plastique. L'essentiel des objets montrés appartenant au MEG, qui a toujours été lié à l'Amazonie en péril, une grosse somme (montant non précisé) a pu se voir investie dans le décor. Une scénographie spectaculaire avec ses jeux d'ombres et de lumière évoquant, comme il se doit, la forêt tropicale. Elle est due au bureau MCBD de Genève (tous les musées de la ville n'importent pas leurs scénographes) où travaillent Bernard Delacoste, Marcel Croubalian, Sara dell'Osa et Laura Macchini.

Départ pour le Canada 

Revue le 23 décembre dans l'après-midi, la manifestation jouissait encore d'une fréquentation enviable, avec notamment une classe bénéficiant d'une visite guidée. Il faut dire que les échos sont presque unanimement bons. Assez pour que l'exposition soit reprise en 2017 par le Musée Pointe-à-Callière de Montréal, créé en 1992. Il s'agit là d'une institution normalement vouée à l'histoire et à l'archéologie. Pour l'instant son site n'en dit rien de bien long. J'ai juste noté, au passage, que l'ouverture aurait lieu courant avril. 

Le MEG, qui prévoit pour 2017 un exposition sur l'art des aborigènes d'Australie (1) ouvrant le 19 mai pour se clore le 7 janvier 2018, est par ailleurs candidat au Prix du Musée européen de l'année, qui se verra décerné dans quelques mois. Notons qu'il n'est ici pas seul. Il y a 41 postulants, dont trois autres viennent de Suisse: Sempach et Zoug. Une distinction tardive. Le nouveau MEG a ouvert ses portes le 31 octobre 2014. 

(1) Les aborigènes ont déjà été la vedette d'une exposition du MEG à la Villa Calandrini de Conches. C'était en 2010, ce qui semble proche.

Pratique

«Amazonie, Le chamane et l'esprit de la forêt», MEG, 65, boulevard Carl-Vogt, Genève, jusqu'au 8 janvier 2017. Tél. 022 418 45 52, site www.meg-geneve.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Attention aux horaires de fin d'année!

Photo (MEG): Une idée de la scénographie imaginée par le bureau MCBD.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."