Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/"Arthénée" se veut une nouvelle foire très intime

Il y aura toujours des courageux. Alors que la capitale française vient de lancer de manière un peu poussive «Paris Beaux-arts», un nouvelle foire annuelle installée au Carrousel du Louvre, Genève ouvre demain au public (ce jeudi soir, c'est le vernissage) la première édition d'«Arthénée». Une manifestation très intime, logée dans la Salle des Abeilles et les salons de la Société des Arts. On y compte en tout et pour tout onze exposants. 

«Il manquait un petit salon à Genève», explique Steve Rosat, qu'on a aussi bien vu à la Biennale des Antiquaires au Grand Palais qu'avec les brocanteurs à Carouge. La preuve d'un bel éclectisme. Associé à Chantal Collomb-Clerc («nous avons longtemps été voisins au Salon de Lausanne»), le Vaudois a commencé par chercher un lieu à taille humaine. «Palexpo restait bien sûr trop grand et trop cher. J'ai pensé aux Forces Motrices. L'Athénée se révèle parfait. En 2016, nous pourrons avoir en prime à l'étage la salle Jules-Crosnier et louer Athénée 4, de l'autre côté de la rue.» Car la seconde année est déjà prévue. «Il ne sert à rien de monter une manifestation une seule fois. Je l'ai bien vu à Lausanne. Mon stand d'argenterie et de verrerie a été plusieurs fois déficitaire, avant que j'y trouve une clientèle. Il faut se faire connaître et reconnaître.»

Un choix éclectique 

«Nous sommes onze, c'est peu», admet Chantal Collomb-Clerc, qui donne, elle, dans l'archéologie. «Il fallait bien choisir les exposants, qui devaient représenter un peu toutes les disciplines. «Arthénée» n'est voué à aucune spécialité. Nous sommes heureux d'y voir aussi bien des livres anciens que de la peinture moderne ou des bijoux.» Reste que les duettistes avancent dans le bleu. «Nous ne savons pas si nous aurons 2000 visiteurs, la publicité ayant été bien faite, 800 à peine ou absolument personne.» Seule certitude, le retour sur invitation semble positif. «Nous avons reçu beaucoup de réponses favorables.» 

Quant aux participants, ils sont heureux de tenter un aventure finalement peu coûteuse. «Le prix d'un stand reste ici le quart, voire le cinquième de ce qu'il est dans un salon un peu prestigieux», explique Arnaud Tellier. Le Morgien d'adoption est venu avec des tableaux de l'école genevoise. «Vu le local historique de la Société des arts et le contexte genevois, j'ai pensé que cette option s'imposait.»

Pratique

«Arthénée, Salon d'art et d'antiquités», Palais de l'Athénée, 2, rue de l'Athénée, Genève, du 24 au 26 avril. Tél. 079 404 63 08. Ouvert de 10h à 20h, jusqu'à 18h le dimanche 26. Photo (DR): Le nouveau salon occupe les salons de la Société de Arts, fondée en 1776.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."