Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Art Dynasty présente l'Antarctique de Pierre-Alain Folliet

Crédits: Pierre-Alain Folliet/Galerie Art Dynasty, Genève 2018

C'est rafraîchissant. Non, je plaisante. En plein hiver, l'exposition de Pierre-Alain Folliet chez Art Dynasty, dans la Ville Ville, se veut glaçante. Le photographe montre la banquise. Elle reste impressionnante en dépit des fontes dénoncées par les écologistes. Difficile d'ailleurs de se figurer la taille des icebergs (1) montrés par l'artiste, à la biographie pour le moins discrète. Rien de personnel sur son site, si ce n'est qu'il a découvert le 8e art à 14 ans. Pas d'âge. Pas d'origine. Je saurai juste par Myriam Bongand-Stadler, en charge de ce lieu fondé par un collectionneur géorgien (Géorgie ex-soviétique, je précise), qu'il s'agit d'un ex-banquier genevois reconverti. Tous ne donnent pas sur le tard dans le caritatif. 

A vrai dire, Pierre-Alain Folliet n'est pas un inconnu. On l'a vu depuis plus de dix ans chez Charlotte Moser. Chez Patrick Cramer. Sur le plan semi-institutionnel à l'Association Focale de Nyon, le plus ancien endroit de Suisse consacré en continu à la photographie. L'homme montre donc ici ses vues antarctiques, tirées en grand, voire en très grand. Il y a même sur les cimaises de la Grand-Rue un énorme diptyque qui aura besoin chez son acquéreur d'un mur à la fois solide et ombragé. Les images numériques comme argentiques n'aiment pas le soleil et il faut les protéger par de gros verres ou des pexy.

Un quartier sinistré 

L'ensemble se révèle assez impressionnant. Il montre que la galerie, quand elle s'en donne la peine, peut réaliser de beaux accrochages occupant presque la totalité de l'espace. Un espace qui se révèle plus étendu que prévu. Il faut bien cela pour un ensemble aussi cohérent, avec ses immensités vides et ses tons bleutés. La chose s'intitule du reste «Antarctica Blues». On broie du noir en bleu quand on parle anglais. Notons cependant qu'Art Dynasty, qui reste axé sur la Russie et ses environs, a gardé une petite place pour un photographe de l'Oural nommé tout simplement Georges (ou Egor) Mayer. Ce dernier joue de la lumière qui vient habiller de corps féminins nus. Un exercice de virtuosité en noir et blanc. 

L'exposition d'Art Dynasty me permet de donner des nouvelles de la Vieille Ville, qui n'apparaît pas au mieux de sa forme. La Cité d'Art a fermé ses portes au 8, Grand-Rue plus de dix ans après que son directeur a menacé de mettre la clef sous le paillasson (2). Yolenn White a plié boutique, 32, Grand-Rue. Témoin, au 27, Grand-Rue n'est pas souvent ouvert. Il faut se contenter de regarder la vitrine donnant sur de magnifiques objets d'art primitif (je devrais dire «premier», je sais). Interart a disparu depuis un certain temps déjà au 33, Grand-Rue. Marc Gaudet-Blavignac a installé sur un très grand pied un cabinet d'expertise au Grand-Rue numéro 2. Il succède ainsi à plusieurs galeries aussi éphémères qu'improbables, dont l'une mélangeait hardiment les vêtements et les tableaux. Une drôle de galerie, très tapageuse, a enfin ouvert au 34. Il y a à part cela des trous noirs... 

(1) Certains mesurent plusieurs kilomètres de large.
(2) Il avait alors collé des anges en larmes sur sa vitrine, incitant ses collègues à faire de même.

Pratique

«Antartica Blues, Pierre-Alain Folliet», galerie Art Dynasty, 23 Grand-Rue, Genève, prolongé jusqu’à la fin février. Tél. 022 310 21 03, site www.artdynasty.ch Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 18h, le samedi de 11h à 17h.

Photo (Alerie Art Dynasty): Une des vues antarctique de Pierre-Alain Folliet.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."