Taylorgavin2

ARCHITECTE

Diplômé en architecture de l'Université d'Edimbourg, Gavin C. Taylor est spécialiste en écobiologie, géobiologie et énergies renouvelables. Associé et administrateur du cabinet MVT Architectes, il est président a.i. de la section genevoise SIA, GPE (groupe professionnel environnement), membre suppléant de la Commission consultative des marchés publics (CCMP) et membre du Royal Institut of British Architects (RIBA).

De l'indifférence générale face à l'urgence globale

Où il est question de mondialisation, de numérisation, d'individualisation, de changements démographique et climatique. Et un peu de notre (in)capacité à faire bouger les lignes.

Vous n'en avez certainement pas entendu parler, mais le Conseil Fédéral a mandaté un conseil de quinze personnes (COTER) pour rendre un rapport sur « les tendances globales dominantes et les défis majeurs » susceptibles d’influencer le territoire suisse au cours des vingt prochaines années. Sacré programme ! Dans l'ordre, les cinq « mégatrends » identifiés sont :

- La mondialisation

- La numérisation

- L’individualisation

- Le changement démographique et les migrations

- Le changement climatique

Le sujet est fascinant. Les conclusions du rapport nettement moins. Et si celui-ci a été publié en mai 2019, il est à ce jour resté totalement confidentiel en Suisse romande. Revenons-y, point par point.

La mondialisation

La mondialisation de la Suisse a atteint son apogée en 2000. Depuis, selon la Fondation Bertelsmann, notre indice est en léger recul. Alors, plutôt que d’un « trend », il faudrait parler d’une situation stable et acquise.

Le vrai « trend » dans le domaine consiste en un contre-mouvement de consommation locale et de décroissance. Que ce soit pour des notions d’impact environnemental - en privilégiant des produits locaux, ou par un retour à une forme de protectionnisme.

La numérisation

La numérisation est également une réalité acquise depuis au moins 25 ans. L’influence de la numérisation, l'ultra facilitation des communications et leur instantanéité sur les modes de vie, et surtout sur les modes de travail, sont attendues avec anticipation ? Le télétravail, le nomadisme du travailleur, le desk sharing, le job sharing et le coworking sont des phénomènes qui sont censés amener des modifications profondes pour les pendulaires, la mobilité en général et donc les modes de vie.

Cependant, ces phénomènes restent minoritaires et pour le moment, surtout liés à la notion d’un « budget temps ». Pour ce « mégatrend », c’est certainement une question de génération. Il suffit d’attendre que les Y et Z atteignent l’âge où l’on privilégie le calme de la périurbainité au buzz du centre-ville !

Le « mégatrend » en la matière est l’intelligence artificielle, dont l’influence est d'ores et déjà visible, et qui empêche bien des entrepreneurs créateurs d’emploi de dormir. Les estimatifs varient, mais s’accordent à nous mettre en garde sur les changements profonds dans la nature de l’emploi, avec des remplacements massifs d’êtres humains par des machines, et ce dans de nombreux domaines.

L’individualisation

L’individualisation de notre société n’est pas non plus un « trend » à proprement parler, mais, comme le rapport le mentionne, une réalité décrite depuis près de 40 ans. Cette réalité a certes impacté grandement nos modes de vie – plus de 2/3 des logements à Genève sont occupés par 1 ou 2 personnes, mais elle n'a pas encore engendré de réponses territoriales ou architecturales comme la construction en masse de plus petits logements.

Dans ce cas de figure, le vrai « trend » se situe plutôt dans un contre-mouvement fait de partage, de cohabitation et de désintérêt dans l’accession à la propriété, car les réponses bâties existent déjà avec les clusters, les coopératives, les appartements pour la colocation intergénérationnelle, les écoquartiers.

Le changement démographique et les migrations

La croissance de la population est linéaire et constante depuis 1975, alors que le taux d’accroissement en % s’est également stabilisé depuis 30 ans. Le solde migratoire, en progression constante depuis son nadir en 1975, n’a pourtant pas encore atteint le niveau de 1960. L’évolution de la population est donc intégrée depuis fort longtemps dans le modèle économique et social suisse, au point où l’on peut considérer qu’il s’agit d’un élément indispensable pour la croissance économique si souvent citée comme désirable et nécessaire.

Le nombre d’enfants par femme, constant depuis 1977, se trouve à un niveau en-dessous du taux de remplacement. L’espérance de vie est en constante évolution, linéaire depuis 1930, augmentant ainsi la proportion de retraités, une fraction qui a déjà doublé depuis 1960 et qui aura triplé d’ici à 30 ans.

C’est cette dernière réalité, accompagnée d’un changement profond des habitudes des personnes âgées, qui constitue un vrai « trend ». La forte amélioration de la santé des seniors, couplée à un important renforcement des possibilités de maintien à domicile se traduisent par un très faible recours à l’EMS de la part des seniors. L’enjeu territorial et architectural réside donc donc la construction de logements, d’immeubles, de quartiers et de villes adaptés, sans barrières architecturales et en adéquation avec les besoins des seniors.

Un autre grand « trend » est celui de la réurbanisation observée depuis les années 2000 environ et la déruralisation qui l’accompagne. La population des cinq grandes villes suisses est en progression depuis son point le plus bas de 1999 (bien qu’elle n’ait pas encore atteint le niveau de 1961). Les centres-villes commencent à afficher cependant complet. La 3ème révision de la LAT pousse dans le même sens . La densification de la ville, grande, moyenne ou petite, est le « trend » inévitable et largement commenté des 20 à 25 prochaines années.

Le changement climatique

Et que dire du cinquième et scandaleusement dernier « mégatrend » listé, à savoir le changement climatique ? C’est une réalité qui devrait être en première place, en tête de liste et au centre de toutes les préoccupations.

Car c'est désormais une chose acquise, n'en déplaise à tous les détracteurs de Greta Thunberg (personnalité de l'année selon Time magazine) : la lutte contre le réchauffement planétaire influencera sans exception chaque aspect de notre vie.

Le rapport a été publié en mai 2019. Dans l’indifférence générale.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."