Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GALERIE/Per Barclay se mire chez Guy Bärtschi

Il a beau porter un nom anglo-saxon. Per Barclay est bien Norvégien. Né à Oslo en 1955, il fait partie de la génération des artistes dits "multimédias". Le public le connaît cependant pour ses photographies vides de personnages, mais non d'idées, contrairement à celles des disciples d'Hilla et Bernd Becher. Les Romands ont pu en découvrir en 2013 au château de Nyon, où le conservateur Vincent Lieber avait imaginé un été sicilien. Vivant partiellement à Turin, Barclay travaille du coup beaucoup en Italie. 

Guy Bärtschi montre pour la troisième fois l'artiste à Genève, en plus de ses apparitions liées aux "collectives". Le Scandinave a ainsi été présenté rue du Vieux-Billard en 2006 et en 2010. Notons que, comme souvent, le galeriste s'est impliqué dans la production de certaines de ses œuvres. En 2005, il a trouvé au photographe une banque changeant de propriétaire. Idéal! On sait (ou on ne sait pas) que Barclay possède comme bien d'autres créateurs contemporains sa marque de fabrique. Il répand sur le sol un liquide dans lequel se refléteront les murs et le plafond. Des hectolitres d'huile ont ainsi été déversés dans la salle des coffres de la BNP. On n'ose imaginer le nettoyage ensuite! Vidange financière...

Huile, vin, lait ou sang de porc

Route des Jeunes, le plancher reste vierge d'huile, de lait, de vin ou de sang de porc, la matériaux favoris de Barclay. Il s'agit bien de présenter de grands tirages aux murs. Ils proviennent de plusieurs séries différentes. Réalisé à Boulogne-Billancourt, "46, rue Gallo" propose par exemple une immense cour fermée, aussi joyeuse qu'une prison. Elle se mire dans 92.000 litres de liquide. On voit, sur l'image diurne d'un diptyque, où se situe le raccord entre le sol miroitant et les murs de béton. Le lien devient invisible dans le cliché nocturne. 

Il n'existe pas cette volonté de jouer aux "Nymphéas" architecturaux à la chapelle Sainte-Radegonde (Radegonde était une pieuse reine mérovingienne) de Chinon. Les fresques médiévales s'inversent ici légèrement dans du vin pourpre. Du Chinon, bien entendu. Je vous rassure tout de suite. On n'allait pas sacrifier les grands crus. Il s'agissait de fûts piqués, et donc imbuvables. Ici, rien de l'effet carcéral et inquiétant de "46, rue Gallo". Tout se passe en douceur.

Un palais palermitain en ruine 

Quand j'aurai dit que la galerie abrite aussi quelques sculptures de Barclay (qui je trouve médiocres), je pourrai passer à la série réalisée au palazzo Constantino de Palerme, à la demande du galeriste Francesco Pantaleone. Il s'agit d'un immense bâtiment abandonné, puisque nous sommes en Sicile, dans ce que les Italiens du Nord appellent dédaigneusement "le Maroc". Le splendide décor néo-classique se délite, alors qu'on aurait fait des appartements pour milliardaires à Rome. Il subsiste, au plafond, une vaste "Bataille de Constantin", peinte par Giuseppe Velasco (1750-1827) d'après la fresque de Giulio Romano au Vatican. Le public voit donc, par terre, le reflet d'un reflet. Ce sont des extraits de cette série qui se trouvaient l'an dernier à Nyon. 

Les tirage sont grands. Rares. Barclay en fait réaliser entre trois et cinq. Il faut donc y mettre le prix. Comparé à de l'Andreas Gursky ou à du Thomas Ruff, c'est encore donné. Entre 13.000 et 23.000 euros. On vous fait un tarif préférentiel si vous prenez les deux volets du diptyque "46, rue Gallo". Mais là, il faut se sentir le moral pour accepter de vivre avec!

Pratique

"Per Barclay, Insisto", galerie Guy Bärtschi, 43, route de Jeunes, Allée G, premier étage, jusqu'au 31 octobre. Tél. 022 310 00 13, site www.bartschi.ch Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 18h30. Photo (Per Barclay): Une photo de la série "Palazzo Constantino".

Texte intercalaire. Demain mardi 23 septembre, comme prévu, "Images" à Vevey.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."