Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Fonctionnaires: la France avant… Genève

On aime bien railler les fonctionnaires, surtout à Genève! Il faut dire que ces derniers donnent du grain à moudre à la population. Parfois, ils descendent dans la rue. Parfois, ils font grève. Il leur arrive aussi de s’unir dans la colère pour paralyser la République. Au bout du Léman, les fonctionnaires savent se mobiliser. Et pourtant, dans aucun autre canton, à l’exception du Tessin, ils ne bénéficient d’autant de privilèges. Au point que certains acteurs politiques locaux comparent la fonction publique à un atelier protégé. La France d’Emmanuel Macron parviendra-t-elle à réformer le statut de sa fonction publique… avant Genève? On en frémit!

Les avantages disparaissent

Plus on s’éloigne des rives lémaniques, plus on entre dans un univers relativement apaisé où les relations de travail dans le secteur public correspondent davantage aux règles en vigueur dans le secteur privé. Depuis une quinzaine d’années, les cantons alémaniques ont aboli le statut des fonctionnaires dans le but d’obtenir une certaine souplesse au niveau des rémunérations et du droit de licencier. L’Etat se comporte ainsi de plus en plus souvent comme une entreprise, même si ses collaborateurs bénéficient de la protection du droit administratif. De même, les avantages qu’offraient jadis les caisses de pension publiques ont tendance à disparaître sous la pression du niveau très bas des taux d’intérêt et du vieillissement de la population.

Les clichés restent tenaces

La Suisse romande peine à saisir l’ampleur du bouleversement qui a touché la fonction publique alémanique et le personnel de la Confédération. Les clichés sur les ronds-de-cuir jugés intouchables restent vivaces. Les résistances aux réformes et les attentes vis-à-vis de l’Etat y sont plus fortes qu’outre-Sarine où le pragmatisme l’emporte sur l’idéologie. C’est ce qui explique pour partie que le poids de l’Administration publique par habitant dans les cantons romands est un peu plus élevé que la moyenne cantonale helvétique. Sauf dans le Jura et en Valais où il est inférieur.

Et l’efficacité?

Reste une question centrale: la compétitivité du service public. Selon l’enquête bisannuelle réalisée par les Chambres de commerce des cantons latins depuis 2003, les entreprises décernent des notes plus ou moins satisfaisantes à leur Administration cantonale respective. Le mieux classé: le Tessin. Le plus mauvais élève: Neuchâtel. Dans les deux cas, les employés cantonaux sont au bénéfice d’un statut de fonctionnaire. L’univers de la fonction publique est plus complexe et plus subtil que celui caricaturé par ses détracteurs.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."