Jacques Lemoisson Lastone

HEAD GLOBAL MACRO & ALTERNATIVE INVESTMENT CHEZ CBH BANK

Jacques Lemoisson a pris ses fonctions au sein de la Compagnie Bancaire Helvétique depuis septembre 2018. Il a acquis une expérience internationale sur les marchés des actions auprès de la banque d’investissement JP Morgan à Londres et Paris, puis une expertise dans la banque privée et la gestion d’actifs chez Lombard Odier, puis chez Banque Cramer au poste de CIO à Genève. Tout au long de sa carrière, Jacques Lemoisson a développé une expertise en géopolitique, ainsi que dans les Fintech et le Blockchain. Ce banquier est diplômé de l’ESTACA (Ecole d’Ingénieur Aéronautique).

Flux financier et réalité politique: le divorce?

Etant le thème du mois, si j’en crois la couverture du dernier numéro de Bilan, pourquoi ne pas regarder les variations des marchés sous cet angle ?

Lundi, les marchés, après avoir intégré que la Grèce pourrait s’octroyer quatre mois supplémentaires de réflexion et/ou de négociations sous condition, ont franchi des niveaux techniques importants à la hausse (en parlant des actions). Certaines grandes banques d’investissements agitent le spectre de la valorisation excessive des actions américaines et de l’imminence d’une hausse des taux de la FED pour pousser les investisseurs américains à acheter des actifs européens et japonais. 

Ceci n’empêche pas le S&P 500 de battre record sur record, mais les flux sont sensiblement acheteurs des actifs du Vieux continent et de l'Empire du Soleil levant.

Quid du divorce alors ?

Nous pouvons dire que la situation politique et économique aux USA est beaucoup plus stable qu’en Europe. Lors de mon dernier post, j’évoquais les atouts du Bipartisanisme aux USA. Or, hier soir, Obama a mis son véto à la construction du pipeline Keystone XL. Si vous trouvez étonnant qu’un président puisse se prononcer pour la pose d’un tuyau, il faut savoir que celui-ci traverse la frontière canadienne des USA. Ainsi, Obama semble avoir ruiné six années de négociations parlementaires.

Pas tout à fait ! Car, l’avis de véto peut être modifié à la révision du Conseil d’Etat (à la lumière des dernières études d’impacts). Obama attendra ce dernier avis avant de se prononcer définitivement.

Devant les intérêts économiques et sociaux, les arguments écologiques n’auront pas beaucoup de poids, et ce véto est là pour rappeler aux Républicains qui dirige la Maison Blanche.

Autre fait important mardi dernier, le discours de Yellen devant le Sénat. Si j’attends avec impatience son dernier discours devant le Chambre des Représentants mercredi après-midi, il faut avouer que certains ont dû être déçus. En effet, le discours de Yellen était en ligne avec mes attentes, mais pas franchement aussi « hawkish » que l’anticipaient les investisseurs.

Bref, la FED sera toujours accommodante si l’économie mondiale reste atone, que les pays émergents n’émergent plus aussi vite et que l’Europe continue de penser que 0.8% de hausse de PIB, c’est de la croissance…

Il y a peu de chance que Yellen soit agressive cette année, ce qui va permettre à la plupart des investisseurs américains de relativiser la hausse des taux.

Maintenant en Europe, le calendrier semble s’éclaircir. La Grèce a gagné du temps, et l’Europe montre des signes de reprise pour le bien des flux entrant massivement sur les indices actions. Mais quid des prochains rendez-vous?

Si les marchés continuent de faire fi de l’Ukraine et de la Grèce, il faudra attendre la mise en place du QE, au mois de mars, pour craindre des turbulences. Si vous parlez avec des fonds d’assurances de pensions en Europe, tous se posent la question de savoir comment la BCE va pouvoir racheter 60 Mds EUR d’actifs par mois alors que ces institutions ne seront pas vendeuses.

La situation politico-économique en Europe n’est pas aussi claire qu’aux USA. Les flux vont sans doute continuer si l’Euro Stoxx 50 casse les 3585pts, et certains avancent déjà l’objectif de 4200pts !

Mais le « pont » grec de quatre mois est encore fragile (Tsipras utilisa le terme de Bridge pour cette période de transition). En effet, Tsipras a dû mettre de l’eau dans son vin, ce qui ne plaît pas à son aile la plus à gauche. Or, il va devoir passer son train de réforme « made in Europe » devant le parlement hellénique.

De plus, l’Allemagne va également faire voter cette extension de quatre mois par le Bundestag…

Si tout est voté, la période du mois de mai va encore une fois être importante car nous serons à un mois de l’échéance de ce « pont » et surtout nous aurons deux mois d’activité du QE de la BCE… Pas de déception, s'il vous plaît!

Il faut aussi garder en mémoire que la Grèce peut ne pas remplir ses objectifs en traversant ce « pont »…

Autre point important, certains stratèges se réjouissent déjà d’un possible échec de Syriza. Je rappelle simplement que le parti d’extrême droite Aube Dorée pourrait bien les remplacer si les Grecs se sentent trahis par l’actuel parti au pouvoir.

Autres points à garder en tête, malgré des PMI en hausse sur la zone Euro :

-       La dette du Portugal a de nouveau progressé; 

-       Le chômage dépasse encore les 25% dans de nombreux pays du sud de l’Europe; 

-       De nouvelles sanctions envers la Russie pourraient assombrir encore plus les relations avec Poutine. Ce dernier ne s’arrêtera que lorsque les rebelles auront conquis Marioupol. Ainsi, la jonction sera faite entre la partie orientale de l’Ukraine et la Crimée. Il est probable qu'ensuite il demande la reconnaissance de l'autonomie de cette grande nouvelle province, créant ainsi son "buffer".

Au Japon, c'est la même musique. Alors que la BOJ n'arrive pas à relancer l'inflation (si l'on enlève la hausse de la TVA), des rumeurs font état d'un probable QE3 en avril. Mais, la pression monte sur Shinzo Abe et surtout sur sa capacité à faire passer ses réformes. Or, alors qu'il était proche du vote de sa réforme agricole (premier pilier tant attendu de son plan), son ministre de l'agriculture a dû démissionner suite à un scandale financier...

Clairement, le divorce entre les risques politiques et les flux est consommé. Les flux l’emportent et la politique reste seule dans son coin. Il faut juste garder en tête les prochaines étapes, indiquées précédemment, car comme après un divorce, un retour de flamme est toujours possible…

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."