Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

FLORENCE/Le Museo delle Innocenti a rouvert sur un grand pied. A voir!

Crédits: Site du musée

C'est l'un des bâtiments emblématiques de Florence. Et pour cause! Commencés en 1419, les Innocenti, sur la place de l'Annunziata, constituent sans doute le premier bâtiment civil construit dans le style de ce que nous appelons, depuis le XIXe siècle, la Renaissance. L'ensemble a plus tard été complété par une nouvelle façade de l'église, offerte par les Pucci (1), puis par un bâtiment plus ou moins symétrique en face et enfin avec une statue équestre d'un Médicis de Giambologna, entourée de deux étonnantes fontaines de bronze. 

Les Innocenti devaient accueillir, comme le nom le suggère, des enfants. Illégitimes ou non, mais en tout cas abandonnés. Leurs parents les glissaient dans une sorte de roue, qui tournait pour emmener le bébé vers l'intérieur. Ils laissaient souvent une médaille, ou un signe, afin de pouvoir retrouver leur fils ou leur fille si la chance tournait. L'actuelle présentation montre certaines de ces possibilités d'identification au rez-de-chaussée du nouveau musée, qui a ouvert ses portes le 24 juin. Dès son inauguration, en 1445, l'institution a en effet accueilli des centaines d'enfants à la fois. Les architectures pouvaient recevoir, en tenant compte des nurses et de la petite administration, plus de mille personnes, séparées par sexe. Il existe encore le cloître des hommes (plus grand, plus luxueux) et celui des femmes.

Une institution laïque

Les Innocenti comprenaient bien sûr une église, refaite au XVIIIe siècle. Il n'en s'agissait pas moins d'une création laïque, voulue par l'Arte della Seta, qui regroupait les riches artisans de la soie. Ceux-ci s'étaient d'ailleurs offert comme bâtisseur le novateur Filippo Brunelleschi, connu pour la coupole du dôme de Florence. Et c'est Luca della Robbia, l'inventeur de la sculpture en terre cuite vitrifiée, qui a conçu le célèbre décor de la façade, montrant des bambins emmaillotés sur fond bleu vif. Ces médaillons ont été récemment décrochés, restaurés à l'Offipicio delle Pietre dure et installés dans une aile du musée, où les visiteurs peut enfin les voir face à face. Des copies les remplaceront au dessus des arches du portique. Ce sont de purs chefs-d’œuvre des années 1440. 

La première partie de l'actuel parcours, qui remplace un mini musée assez désuet, se focalise sur l'aspect social. Les illégitimes, les orphelins, les rejetés apprenaient des métiers. Les filles aussi. Il n'étaient pas facile pour elles de s'intégrer dans une société demandant des dots jusque pour entrer au couvent. Sous la direction de Vicenzo Borghini, entre 1552 et 1580, des gros efforts furent accomplis pour trouver aux pupilles des débouchés. Jusqu'à l'unification de l'Italie, au milieu du XIXe siècle, la République de Florence, puis le grand-duché de Toscane étaient des pays d'avant-garde. Giorgio Vasari suggéra ainsi d'enseigner des métiers artistiques. Il y avait toujours de la place pour un sculpteur décoratif, un peintre d'enseigne ou une brodeuse. Notons en passant que le grand peintre Naldini, actif vers 1590, sortait des Innocenti.

Musée historique et pinacothèque 

Je serai bref pour la suite, qui a supposé de nombreuses réformes pour continuer, mais ailleurs, à accueillir et éduquer jusqu'à nos jours. Les corporations ont disparu en 1770. L'Etat s'en est mêlé. L'abandon anonyme a été interdit en 1875. L'édifice a fini par paraître inadéquat, comme ce fut le cas, il y a quelques années, pour l'hôpital Santa Maria della Scala de Sienne, qui fonctionnait depuis près de mille ans. Une première restauration a eu lieu entre 1966 et 1970, juste après la grande inondation de la ville, due à une crue de l'Arno. Les travaux ont repris il y a quelques années. Ils se poursuivent encore. Le cloître des hommes n'était pas réhabilité pour la réouverture de juin dernier. Il faut dire qu'il s'agit d'un chantier énorme. Un de plus à Florence! 

Le musée actuel constitue une réussite. Il y a donc le rez-de-chaussée historique. Le visiteur passe ensuite à la pinacothèque, à l'étage. Celle-ci abrite des œuvres commandées par les Innocenti, ou entrées au cours du temps. Presque toutes restaurées, elles se révèlent parfois mineures, mais il y en a de Botticelli, de Piero di Cosimo, de Filippo Lippi et bien sûr de Naldini. Le sommet, visible de loin dans cette longue galerie, est «L'adoration des mages» de Domenico Ghirlandaio. L'auteur s'était engagé à la peindre seul, dans un délai de trente mois, après avoir touché une grosse somme. Vous savez comment sont les artistes, quand ils deviennent célèbres. Domenico la livra très en retard durant l'année 1488 et de petites mains y avaient collaboré...

Une vue fabuleuse sur la ville

La visite se termine quelques marches plus haut au Café del Verone, aménagé dans l'ancienne loggia couverte Renaissance conçue pour profiter de la fraîcheur dans une ville où les étés sont brûlants. Le lieu offre une des plus belles vues possibles sur la cité et les collines environnantes avec, en vedette, la coupole du Dôme. En prenant un bon livre (je ne vais tout de même pas vous conseiller des réseaux sociaux), on peut passer là l'après-midi. Il n'y a en plus pas grand monde. 

(1) Le couturier Emilio Pucci était l'un de leurs descendants.

Pratique 

Museo delle Innocenti, 13, piazza SS Annunziata, Florence. Tél. 0039 055 203 73 08, site www.institutodeglinnocenti.it , ouvert tous les jours de 10h à 19h.

Photo (site du musée): La présentation de médaillons de Luca della Robbia, livrés en 1448 pour la façade.

Prochaine chronique le mardi 23 août. Le Landesmuseum de Zurich ouvre sa nouvelle aile en béton des architectes Christ et Gantenbein.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."