Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

FLORENCE/Le Museo dell'Opera del Duomo a bien grandi!

Elle s'étalait partout dans les gares italiennes, début octobre. Une affiche géante annonçait la réouverture du Museo dell'Opera del Duomo de Florence, comme s'il fallait (déjà) concurrencer la sortie de «Star Wars». Précisons qu'il s'agit aussi d'une superproduction. Sous l'impulsion de son directeur Timothy Verdon, l'institution vient de connaître une formidable amplification. Elle occupe désormais 5500 mètres carrés de salles, après avoir absorbé l'ancien Teatro degli Intrepidi du XVIIIe siècle, depuis longtemps fermé et transformé en de vagues entrepôts. 

J'aurai en fait connu trois Museo (ou plutôt Musei) dell'Opera del Duomo en une quarantaine d'années. Au départ, il y avait un simple bâtiment derrière l'abside de Santa Maria dei Fiori. Le visiteur entrait par une cour, où quelques sculptures résistaient vaillamment aux intempéries. Le musée lui-même se trouvait au fond. Entassé au possible. Certains reliefs des XIVe et XVe siècles arrachés aux façades et au campanile (afin de se voir remplacés par des copies) étaient si noirs qu'ils semblaient taillés dans du charbon. Les deux «canterie» (1) de Luca della Robbia et de Donatello échappaient seules à cette grisaille. Quant à la «Pieta» de Michel-Ange, mise en pièces par son auteur et raccommodée pour les Médicis qui en avaient racheté les morceaux, elle se trouvait sur le pallier du petit escalier.

L'enthousiasme de Timothy Verdon 

Est ensuite venu la version modernisée. Cour couverte. Vraie billetterie. Itinéraire esthétique avec les chefs-d’œuvre sculptés (la cathédrale voisine abritait curieusement peu de peintures d'autel) et les broderies liturgiques. Parcours historique aussi. Les méthodes utilisées par Brunelleschi pour construire sa coupole vers 1450. La finition de la façade à la fin du XIXe, après des siècles de projets avortés. Notons que l'institution avait alors commencé à accueillir les originaux des statues du Baptistère, à sauver de la pollution. Tout a commencé avec les reliefs de Ghiberti pour la «porte du Paradis». On n'allait tout de même pas remettre ces précieux panneaux en place, après avoir passé des mois à retrouver leur dorure originale! 

Les choses auraient pu en rester là. C'était compter sans l'enthousiasme contagieux de Monsignor Timothy Verdon. Cet Américain du New Jersey, né en 1946, est arrivé en Italie à 18 ans. Il ne l'a plus quittée. Ce suractif se retrouve aujourd'hui à la fois (ou à la foi) directeur du Museo de l'Opera dell'Duomo et du Museo Diocesano florentins, professeur à l'université de Stanford, consultant en matière de patrimoine artistique au Vatican, journaliste pour l'«Osservatore romano», commissaire d'expositions et auteurs de livres. Je viens de vous parler de son récent, et énorme, «Fra Angelico».

Aucun chiffre financier articulé 

Verdon a ainsi voulu un vrai musée, dont il a su trouver les fonds (notons qu'aucun chiffre n'a jamais été articulé). Il a fallu acquérir à coup de millions l'ex-théâtre voisin, logé dans un palais de la Renaissance, et en casser l'intérieur. Le projet comportait en effet une immense salle, sur toute la hauteur. Verdon voulait y installer une reconstitution grandeur nature de la première façade du Duomo, entreprise au XIVe siècle et laissée inachevée. Les Médicis l'ont fait détruire en 1587, mais pas aveuglément. Les sculptures (dues aux aux plus grands maîtres du «trecento» et du «quattrocento», d'Arnolfo du Cambio à Nanni di Banco) ont été pieusement conservées. L'actuel décor les remet à leur place, avec la statue au sol et un moulage à l'endroit originel si l’œuvre se trouve trop haut pour le visiteur. 

Un peu chaotique (il a dû tenir compte de l'existence de plusieurs bâtiments), le parcours comporte 25 salles et 750 œuvres, dont plus de 200 ont subi une restauration. Il a fallu créer des espaces proportionnés à tout cela. L'un, assez intime, abrite les plus beaux vêtements liturgiques, le fabuleux autel d'argent gothique et l'immense croix du même métal d'Antonio Pollaiolo. Un autre, carré, évoque le chœur voulu au XVIe siècle par les Médicis, avec une partie des reliefs exécutés par l'atelier de Baccio Bandinelli. Une haute galerie raconte la construction de la coupole de Brunelleschi, la première élevée en Italie depuis l'Antiquité. La scénographie a trouvé de la place pour évoquer le décor éphémère (en fait, pas tant que ça!) en stuc commandé par les Médicis après la destruction de la façade incomplète. La «Pieta» de Michel-Ange a enfin droit à une chambre pour elle seule. Elle méritait bien ça.

Cafétéria et belvédère 

Dû aux architectes Adolfo Natalini, Piero Guicciardini et Marco Magni, l'ensemble impressionne par son intelligence et sa cohérence. On sent qu'il ne s'agit pas d'un aménagement de compromis. Timothy Verdon a en plus pensé à une librairie, à une cafétéria et à un belvédère. Du toit, le public découvre une partie de Florence, même s'il reste clair que la ville offre de meilleurs points de vue. On imagine mal ce qu'on pourrait encore ajouter au musée, même s'il doit bien y avoir encore des choses en réserve. La visite un peu attentive prend déjà trois bonnes heures.

Pratique 

Museo dell'Opera dell'Duomo, 9, Piazza Duomo, Florence. Tél. 0039 05 230 28 85, site www.ilgrandemuseodelduomo.it Ouvert tous les jours de 9h à 19h30. Photo (site du musée): L'immense sale accueillant la reconstitution de la façade primitive.

Prochaine chronique le vendredi 25 décembre. Je n'arrête pas en cette en d'année, où nombre d'entre vous vivent ce qui constitue pour moi une des pires détresses humains, soit passer Noël en famille au chalet. Demain, donc, écritures chinoises au Museum Rietberg de Zurich. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."