RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Fiscalité menaçante

La population suisse avait prouvé sa sagesse légendaire en sauvant les forfaits fiscaux (l’impôt selon la dépense) en novembre dernier. Soit. Sauf que les Chambres fédérales avaient fait du zèle en septembre 2012 en décidant, sans qu’aucun Etat étranger ne le réclame, un durcissement de cette imposition forfaitaire réservée aux riches étrangers n’exerçant aucun travail en Suisse.

Certains me diront que la part de l’impôt fédéral est somme toute modeste par rapport aux impôts cantonal et communal. C’est exact. Cela étant, en fixant une assiette fiscale minimale aussi élevée, cela a eu pour effet de provoquer le départ de plusieurs dizaines de forfaitaires. Il y a ceux qui sont partis avant même la décision populaire de novembre dernier (tels Viatcheslav Kantor ou Kristian Siem) et ceux qui ont fait leurs calculs et estimé qu’ils ne parviendraient plus à vivre du seul rendement de leur fortune.

En effet, les principaux cantons concernés ont prévu d’augmenter l’assiette fiscale minimale, tels Genève et Vaud. Comme d’habitude, les Valaisans et les Fribourgeois ont été plus prudents. Il n’est pas étonnant, dès lors, d’assister au départ de nombreux forfaitaires en Valais. A croire que les deux cantons lémaniques peuvent continuer de faire fuir leurs gros contribuables sans avoir à en subir un jour les conséquences. Et cela aurait pu être pire encore si la population genevoise n’avait pas eu l’intelligence de refuser, lors des votations du 30 novembre dernier, le contre-projet du Grand Conseil qui prévoyait de fixer un plancher d’imposition 50% plus élevé…

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."