Khalfi Malik

CEO @ BE-CASH | WWW.BE-CASH.CH | SPEAKER @ M3K | WWW.M3K.CH

Après 8 années passées dans le domaine financier, Malik crée successivement plusieurs sociétés, dont la 1re franchise « adidas Originals » en Suisse. Depuis 2012, il conseille les entrepreneurs et les dirigeants d'entreprises, et intervient lors de conférences sur la thématique de l'entrepreneuriat www.m3k.ch

En 2013, il cofonde Be-Cash, dont il est le CEO, et vient révolutionner le marché des terminaux de paiement en proposant des terminaux à la vente dès 99.-. www.be-cash.ch

Financer son projet d'entrepreneur

On ne le dira jamais assez: "Entrepreneurs: les banques ne sont pas là pour vous prêter de l'argent!" Du moins, pas quand vous lancez votre 1er projet. Voilà, c'est dit et ça a le mérite d'être clair.

A contrario, le jour où votre activité sera florissante et qu'il vous faudra des fonds pour vous développer ou pour acquérir des machines, des locaux ou que sais-je, à ce moment, il sera opportun d'aller rendre visite à votre banquier - ou plutôt à vos banquiers (afin de faire jouer la concurrence).

Nombreux sont les entrepreneurs que je rencontre à débattre du sujet pendant des heures concernant le rôle que devraient jouer les banques. Afin de nous éviter cela, allons directement à l'essentiel : comment financer aujourd'hui son projet afin de toucher l'olympe et devenir son propre patron ? (sujet d'un prochain article : « devenir son propre patron, un mythe »)

Quelques options pour financer son projet

Les banques
Afin d'être cohérentes et contradictoires (formulation pour le moins originale), les banques prêtent ! Mais sous certaines conditions : il faut pouvoir leur fournir une garantie équivalente au montant que vous souhaitez emprunter. Quelques exemples : une maison à nantir, des titres financiers (actions/obligations), un tonton qui gagne un saladier et qui est prêt à servir de garantie...etc. Bref, vous l'aurez compris, peu d'entrepreneurs sont disposés à fournir ces garanties (d'où mon introduction – les banques ne prêtent pas...à risque).

Les organismes étatiques/semi-étatiques et/ou privés
Un certain nombre d'acteurs, allant de l'accompagnement au financement, bénéficient d'une exposition grand public à travers le site de la république et canton de Genève. Ces organismes soutiennent les entrepreneurs dans la création de leur projet, pour autant que ce dernier soit retenu. Les conditions de soutiens sont très avantageuses et les entrepreneurs au bénéfice de cette aide jouissent d'un réel «coup de pouce» pour le démarrage de leur projet. Donc un conseil: démarchez les!

Les investisseurs privés
Une myriade d'investisseurs privés existe:

  1. Le crowd funding (très à la mode): cela consiste à faire appel à une multitude de «petits» investisseurs. Encore peu développé en Suisse Romande, le phénomène prend gentiment de l'ampleur, et il y a de quoi, avec le vivier de créatifs que nous avons dans la région.

  2. Les 3 «F » - Fools, Friends, & Family (qui se traduit par les fous, les ami(e)s & la famille), à qui les entrepreneurs font souvent appel au démarrage - pour des montants ne dépassant rarement les quelques milliers de francs.

  3. Les « gros» investisseurs, parfois nommés "Business Angels": âprement recherchés et sollicités, ils présentent une multitude d'avantages comme: des moyens financiers importants, un réseau très développé (et ça aide) et un savoir faire (serial entrepreneurs, postes à responsabilités...etc).

Quel que soit l'investisseur sollicité, à l'exception des 3 "F", il est primordial d'être prêt sur tous les aspects que demande un projet, et d'utiliser un langage adéquat. Une préparation soignée et une connaissance des sujets (finance, marketing, marché...etc) favoriseront grandement autant la réussite du projet que l'acceptation d'un financement/accompagnement.

En contact avec de nombreux entrepreneurs et travaillant sur de multiples projets, je suis souvent confronté à des projets très prometteurs mais dont la préparation laisse tant à désirer que l'issue en est fatale. A l'inverse, j'ai vu des projets moins ambitieux intéresser de nombreux investisseurs, principalement dû au fait d'une élaboration soignée où le sens du détail avait son importance.

Pour conclure, si jusqu'à présent toutes les portes se sont fermées devant vous : premièrement, c'est un signe (mais pas une fatalité). Ensuite, il reste l'option de démarrer à une échelle inférieure voir à « revoir » l'aspect du besoin en financement.

Bonne chance à toutes et à tous et surtout, persévérez dans vos démarches !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."