<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Femmes leaders, Vol. 5

Voilà cinq ans que nous mettons en avant les femmes leaders dans l'économie.

La conviction du départ est toujours intacte: les femmes peuvent apporter beaucoup à la vie des entreprises et des affaires en Suisse. Elles représentent tout d'abord un vivier de compétences sous-utilisé.

Alors que les jeunes filles représentent 40% des diplômés de grandes écoles et d'universités, ces dernières s'évaporent ensuite tout au long de la vie professionnelle. Au sommet de la pyramide hiérarchique, il ne subsiste plus qu'une poignée de femmes. Manque de soutien aux familles (contrairement à des pays comme la France), absence de volonté d'engager et de promouvoir la gent féminine chez les entreprises, esprit de club très exclusif du côté des garçons managers: les causes de la discrimination sont multiples. Les obstacles, eux, se situent tout aussi bien au niveau du pays, des institutions que des individus. Ils sont considérables.

Rien ne changera sans volonté forte. Ni sans contrainte. Les quotas viendront d'une manière ou d'une autre à partir du moment où la moitié de la population finira par trouver un moyen politique de faire entendre sa voix à l'autre qui n'est pas disposé à l'entendre. En politique suisse, on parle prix du livre, interdiction des bouteilles d'eaux minérales, fixation des niveaux des loyers mais la thématique de l'accession des femmes à des postes à haute responsabilité ne semble passionner personne. Pas même les femmes du Conseil fédéral. Pourtant, les femmes leaders représentent le meilleur moyen d'amener de la diversité au biotope des managers. En Suisse, les cadres ont de moins en moins souvent des passeports rouges mais leurs détenteurs sont-ils si différents quand ils ont effectué des études similaires, connu un parcours professionnel semblable et qu'ils sont fans de la même équipe de foot? Deux femmes dans un conseil d'administration restent peut-être la meilleure assurance de ne pas prendre de décisions certifiées «pure testostérone», de celles qui peuvent être regrettées un jour ou l'autre. Les banques savent trop de quoi il retourne. Ce n'est pas une intuition féminine mais le fruit de recherches sur la prise de décision.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."