Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

FAIT DIVERS/Un Degas et un Monet retrouvés par hasard. Drôles d'histoires

Crédits: RMN/Musée d'Orsay 2018

Il s'en passe des choses chez les Français! Il y a quelques jours, le public apprenait qu'un pastel de Degas (ou plutôt un monotype rehaussé de pastel) avait été retrouvé neuf ans après son vol au Musée Cantini de Marseille en 2009. L’œuvre, de petite taille, était prêtée par le Musée d'Orsay. Il s'agissait d'une pièce historique dans la mesure où elle fait partie du fameux legs Gustave Caillebotte en 1894. 

Rien n'était déjà clair dans cette première affaire. L’œuvre, apparemment en bon état en dépit de la présence de pastel, se trouvait à l'intérieur d'une valise retrouvée abandonnée dans la soute à bagages d'un bus. Avouez qu'il y a là de quoi s'interroger. Mais il convient aujourd'hui de le faire davantage à propos d'un Monet. Un «Nymphéa» de quatre mètres de large sur deux de haut à été retrouvé «mystérieusement» dans ses réserves par le Louvre en 2016. Lui se trouve au bord de la ruine. Sur la photo publiée par le site du «Figaro», je n'ai à peu près rien vu. Une vague bouillie colorée. Le porte-parole du musée national a du reste expliqué à l’Agence France Presse que la partie supérieure était «détruite».

Un industriel japonais 

Comment le Monet mahousse était-il arrivé là? C'est une longue histoire, que le musée a mis deux ans (c'est tout de même long, deux ans...) pour démêler. Le tableau a été acquis en 1921 directement auprès de l'artiste par Kijoro Matsukada. Constructeur de bateaux, celui-ci a formé une importante collection d'art contemporain occidental entre 1916 et 1927. A la guerre, les œuvres se sont retrouvées «mises à l'abri» en France. En 1945, elles ont été saisies comme bien ennemi. Il y a eu restitution en 1959. Leur propriétaire, qui est aujourd'hui le Musée national d’art occidental de Tokyo, a reçu ses tableaux. Sauf le Monet , qui vient bien sûr de se voir rendu. Egaré. Oublié. Perdu. 

On peut s'interroger sur le fait qu'une institution d'Etat ne puisse pas localiser une toile aussi vaste. Mais il ne faut pas oublier que les réserves sont devenues des mondes incontrôlés. Les déplacements inévitables pour manutentions n'arrangent pas les choses. N'oublions pas que le Louvre gère, ou devrait gérer, des millions d'items. Sur un plan plus modeste, il en va de même de notre MAH, qui est depuis des années dans l'attente d'un déménagement après récolement. Tout n'est pas inventorié en détail. Il y a aussi des disparus. Je me suis laissé dire qu'on y cherchait il y a quelque temps des fragments de pierres provenant de la récente restauration du Collège Calvin. Ils se seraient fondus dans la masse.

Photo (RMN): Le monotype rehaussé de pastel de Degas (fragment).

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."