Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Facebook manipule nos pensées

Facebook a suscité un tollé dans la presse suite à son étude sur «la contagion émotionnelle» publiée le 17 juin dernier dans la revue scientifique américaine PNAS.

En modifiant des informations publiées par ses utilisateurs anglophones - à leur insu - l'étude a cherché à établir l’impact des messages négatifs et positifs sur l’humeur des membres du réseau.

L'étude, réalisée durant la semaine du 11 au 18 janvier 2012, a porté sur 689,003 personnes. C'est probablement la plus vaste enquête jamais conduite dans l'histoire de la psychologie, selon le Guardian.

Conclusion? La contagion émotionnelle en masse peut se produire sur les réseaux sociaux. Les chercheurs ont noté que ceux qui lisaient des commentaires positifs publiaient à leur tour des messages positifs. Ceux qui lisaient des messages négatifs, publiaient à leur tour des infos plutôt moroses. 

Le plus dérangeant dans cette histoire est que Facebook, en modifiant les fils d’actualité de ses utilisateurs, a tenté de manipuler leur mode de pensée.

De même, cette étude soulève des problèmes éthiques pour avoir été mené sans le consentement des participants, comme il est d’usage dans la recherche. Facebook se justifie en affirmant que ses utilisateurs ont implicitement donner leur accord en ayant accepté dans leurs conditions d'utilisation le point suivant« Nous pouvons utiliser vos information pour des opérations internes, dont le dépannage, l’analyse de données, les tests, la recherche et l’amélioration des services ». Pernicieux. Personne n'a compris par là qu'il acceptait de faire partie d'une telle étude.

Après avoir renoncé à toute vie privée sur Internet - on s'est finalement fait à cette réalité - voilà qu'il nous faut accepter d'être des animaux de laboratoire pour les géants du Web.

Et si tout ce brouhaha n'était qu'une ruse? Et que la véritable expérience était de voir la réaction du public et de la presse aux révélations que Facebook menait des expériences secrètes sur ses usagers? C'est une question intéressante soulevée par le Guardian.

L'avenir nous le dira. Une chose est sûre. La seule émotion contagieuse suscitée universellement par cette étude a été la colère. Facebook a réussi à rendre des millions de gens furieux.

Et pas seulement des individus. L'autorité britannique de protection des données (ICO) a ouvert une enquête. Et aux Etats-Unis, le Centre d'Information sur la Confidentialité Électronique (Epic) a déposé une plainte pour violation de la vie privée auprès de la Commission fédérale des communication (FCC).

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."