Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Tant pis, on payera plus tard!

Ne pas réfléchir maintenant, c’est augmenter les charges plus tard. Si l’utilisation massive du plastique semblait une bonne idée pour produire moins cher, les coûts aujourd’hui sont énormes. Ramenés aux coûts de production, produire en plastique devient très cher. En immobilier, c’est pareil. Il faut réfléchir maintenant pour éviter les charges induites qui explosent.

Depuis la fin du vingtième siècle, le principe du report des charges sur les générations futures a été institutionnalisé. C’est la fuite en avant ! Ou pas ?

L’arrivée en masse des ordinateurs portables dans les banques est probablement le point visible de ce phénomène. Le tableur de Microsoft a permis à chacun d’appliquer la régression linéaire (https://fr.wikipedia.org/wiki/Régression_linéaire). Elle consiste à tracer une évolution future basée sur les rendements passés. Naturellement, les gros crashes des fonds alternatifs sont arrivés, comme celui du LTCM (https://fr.wikipedia.org/wiki/Long_Term_Capital_Management). Puis, la crise des « subprimes » reproduisait l’histoire (https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_subprimes). En résumé, le système était basé sur le principe que la valeur des actifs immobiliers ne cessait de croitre, ce qui permettait de financer les plus démunis. Et les banques centrales de faire marcher la planche à billets comme si cela n’avait aucune importance à long terme. Vivre à crédit implique obligatoirement qu’un jour il faudra rembourser la dette…. Ou pas !

On cloue au piloris les énergies fossiles et on les remplace par l’électricité à tout va. Qui va recycler ces batteries qu’on ne peut pas recycler ? Comment les produit-on ? Comment l’énergie est produite ? C’est identique à ce qui s’est passé pour le nucléaire lors de la production de centrales. Ceux qui manifestaient contre les centrales prônent maintenant le tout électrique. Les critiques fusent contre les avions qui produisent 2% du réchauffement climatique, mais pas contre les « data centers » qui en produisent 5. Normal, tout le monde possède un ordinateur ou un téléphone mobile, fondamental pour publier au travers de ces centres de données les photos du dernier dessert consommé !

En immobilier, le processus suit la tendance. Les immeubles sont construits comme on l’a toujours fait. De grandes vitres sont placées dans tous les projets alors que le climat se réchauffe et qu’il faudra à terme rafraichir les bâtiments, notamment à cause des grandes baies vitrées. Les pluies, toujours plus torrentielles ne sont pas prises en compte dans les planifications immobilières aujourd’hui. Il faudra revoir tous nos aménagements extérieurs. Ce sont évidemment les générations futures qui devront payer les pots cassés. 

Les éco quartiers n’ont que ce nom. A la Jonction, pas de bois, que du béton. Mais tout le monde bien-pensant se gargarise des « prouesses » réalisées.

Le visage actuel de nos villes doit être conservé. On construit « trop dense » ! Il faut construire ailleurs.

C’est encore faire payer aux générations futures notre vision à court terme. Car la population, elle, augmente. Naturellement, selon le principe de l’offre et la demande, les logements deviennent plus chers. Ceux qui cherchent à se loger vont toujours plus loin, augmentant le coût sociétal écologique par la transhumance induite.

En immobilier, il est temps de prendre conscience que nos actes actuels ont des coûts évident futurs. Mais en serons-nous capables ?! Ou pas ?!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."