Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Besoin de visions pour 2020 !

Freud parlait de désastre en l’absence d’astres, de lumières qui inspirent ou guident. Il n’y a probablement pas de meilleure définition pour cette législature. Malheureusement, à l’aube de la nouvelle imposition des entreprises, cela coûte beaucoup trop !

Les politiciens naviguent à vue et cela coûte (trop) cher ! Comme Trump (https://photo.capital.fr/les-10-tweets-de-donald-trump-qui-font-trembler-l-economie-20747), leurs absences de visions et leurs réactions tardives impactent nos impôts !

Ce dernier permet de financer l’Etat et ses actions sociales, ne l’oublions pas. Aidons plutôt les entreprises à se développer et faire des bénéfices, correctement et humainement.

Sommairement, les errances vont du cas général au cas particulier. Il y a d’abord la création des zones réservées (https://immoscope-ge.ch/juridique/point-zones-reservees/). Mais depuis leur introduction en 2015…. Manque de vision !

Le gouvernement, en adoptant les courbes PSIA (https://www.bilan.ch/economie/geneve-aeroport-la-lutte-contre-les-nuisances-sonores-progresse) n’a pas pris en compte leur impact sur le gel des zones à bâtir. Une spécificité y prévoit l’autorisation de vols entre minuit et 6H00 du matin. Une grande partie des zones à bâtir devient impropre à l’habitation. Il sera toujours possible d’y construire des bureaux. Pléthore sur Genève, leur nombre ne va cesser de croitre alors qu’il manque cruellement de logements. En remplissant les bureaux, les employés qui arrivent à Genève ne pourront pas se loger. Ils franchiront naturellement les frontières du canton pour y trouver un toit et augmenter le nombre de gens qui pratiquent quotidiennement la transhumance. Manque de vision !

Le moratoire sur l’augmentation de la densité des zones villas (https://www.ge.ch/document/zone-villas-gel-derogations-concernant-densite) résulte d’un manque total de vision politique. La zone village possède une densité de 60%, en général. En acceptant une densité proche de 50% en 2017, l’Etat n’a pas réagi face à deux problèmes évidents. Le premier était que le législateur avait transformé la zone villa en petite zone village, mais sans lui donner les caractéristiques de cette dernière comme des chemins piétons et des zones communes. La seconde réside dans l’architecture qui en découle. La zone villa limite la hauteur de toute construction à 10 mètres. La seule solution pour densifier et respecter les gabarits : les toits plats qui ne sont pas accepté par l’imaginaire collectif. Il aurait été aisé de travailler sur ces questions pendant l’adoption de la modification. Manque de vision !

La traversée de la rade revêt les habits de l’Arlésienne ! La question n’est pas s’il faut finir la moyenne ceinture, mais comment. La mobilité alternative ( https://www.annemasse-agglo.fr/actions-et-projets/se-deplacer/voie-verte-grand-geneve) à l’automobile se développe enfin à Genève, même s’il manque toujours des vélos en libre-service. Cependant, rejoindre la Rive droite en vélo ou en bus depuis la Rive gauche Franco-Genevoise relève de la gageure. Manque de vision !

A l’image de beaucoup d’artères, comme le boulevard Helvétique, les arbres font cruellement défaut en ville de Genève. Leur présence est bénéfique et au climat et à l’esprit (https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/place-arbres-ville/story/19319606) . Les solutions existent, comme le vélo en libre-service. Les politiciens connaissent une possibilité depuis plus de 5 ans (https://www.deeproot.com/products/silva-cell.html). Manque de vision !

La modification des normes énergétiques s’est faite sans transition. L’Etat souhaite que tous les immeubles se passent de l’énergie fossile à très court terme. Mais, au centre-ville, les chauffages au bois sont interdits car ils produisent des particules fines, nuisibles aux poumons. Et dans beaucoup d’endroits, il n’est pas possible de forer des puits pour les sondes géothermiques car cela traverse la nappe phréatique d’eau potable ! Finalement, peu de bâtiments publics respectent même la loi existante sur l’énergie. Manque de vision !

Genève a introduit des macarons destinés aux véhicules pour gérer la pollution. Mais les vignettes vendues à Genève ne fonctionnent pas en Europe. Il manque le QR code qu’on trouve sur celles des pays voisins. En effet, ce sont des caméras qui vérifient les accès des véhicules dans les zones impactées. De plus, il y a moins d’un mois, un poste de police a fermé (https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Faute-d-effectifs--un-poste-de-police-a-ferme-samedi-11503418) par manque d’effectifs (identifié depuis plus de 3 ans). Qui va vérifier la bonne application de cette mesure ? Manque de vision !

Les zones où la vitesse est limitée à 30km/h sont une plaisanterie genevoise (https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-zones-30-controle/story/26709962 ) (https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/plupart-zones-30-controle/story/16251351) . Une Genferei (https://fr.wikipedia.org/wiki/Genevoiserie ) comme le Tribunal Fédéral a l’habitude de trop souvent le mentionner. Et qui encore va vérifier la bonne application de cette mesure ? Manque de vision !

Alors comme il est temps de faire des vœux pour cette nouvelle année. Que 2020 puisse nous donner des politiciens à la hauteur des défis à relever, les errements coûtent (trop) cher !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."