Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

A la sortie de ces votations, il est clair que les voies proposées n’étaient pas les bonnes !

Le bâtiment est une source importante de création de CO2, de sa construction à sa destruction. La majorité des constructions sont en ciment. Pour sa création, non seulement il créé des trous béants dans le paysage avec les carrières, mais aussi est consommateur de CO2 pour sa production. Le bois serait une alternative intelligente, sauf s’il vient de contrées étrangères. Pourquoi ne pas INCITER à l’utilisation de ce matériau indigène ?! Le canton de Vaud y travaille. Une traçabilité doit parallèlement être mise sur pied . Des matières autres comme la paille ou la terre existent et se prêtent très bien aux constructions écologiques.. Malheureusement, à Genève, leurs épaisseurs entrent non seulement dans le calcul des surfaces habitables, mais aussi dans celui des gabarits à respecter aux limites de propriété. C’est la loi (LCI) ! Il faut aussi réfléchir à la faire évoluer.

Si un bâtiment est bien conçu, il amène une chaleur indirecte avec le soleil en hiver et rafraichit en été. Dans le cadre des évaluations des constructions lors de l’autorisation de construire, il serait temps d’en tenir compte, peut-être par le biais d’incitations diverses. Parallèlement, avec le savoir accumulé, il est possible même d’imaginer un bâtiment qui produit de l’énergie pendant sa vie.

Les aménagements extérieurs et la relation à la faune ne doivent pas être mis de côté comme c’est trop souvent le cas. Des espaces extérieurs bien pensés peuvent amener rafraîchissent en été, pour exemple. De grandes baies vitrées piègent les oiseaux et un environnement peu propice à notre faune locale contribue à la faire disparaitre.

Lors de la fin de vie de la construction, un recyclage de la plupart matériaux utilisés peut être envisagé. Certains éléments, de dimensions usuelles, se prêtent plus facilement à être réutilisés. Pour exemple, les fenêtres. Les énormes baies vitrées ne pourront que peu ou pas du tout resservir.

C’est bien un ensemble de mesures qu’il faut adopter et réfléchir sur la cohérence des lois entre elles. Mais cela fait peur aux politiques, très dogmatiques, aux architectes, très férus d’inscrire leur vision dans la postérité, aux promoteurs, à la recherche du profit rapide et aux entrepreneurs, peu motivés d’apporter des solutions innovantes, souvent plongés dans la recherche du meilleur prix.

C’est bien une réelle concertation qu’il faut entreprendre, avec tous les acteurs de la production et de la gestion immobilière, pour trouver des solutions et des incitations. Faute de quoi, rien ne va changer, sur tous les plans, si ce n’est l’ajout de nouvelles taxes !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."