Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Trump, l’inflation et les allumettes

Trump, l’inflation et les allumettes

Les enfants ne devraient pas jouer avec les allumettes. Entre sa guerre commerciale et ses rodomontades dans le golfe Persique pour intimider l’Iran, c’est ce que fait (encore) Donald Trump. Avec des risques importants, y compris pour la Suisse et les autres pays où dix ans de taux bas ont gonflé des bulles immobilières.

Les nouveaux tarifs de 25% sur 200 milliards de produits chinois conduisent les importateurs américains soit à diminuer leurs marges (et donc leurs cours en bourse), soit à répercuter la hausse sur les consommateurs. Cela rééquilibrera peut-être le commerce avec la Chine à terme, mais dans l’immédiat cette taxe de 72 milliards a un premier effet inflationniste (certes limité: 0,34% du PIB). Le hic, c’est qu’il s’ajoute à l’augmentation de 31% du prix du pétrole depuis le début de l’année. On n’oublie pas que la dernière flambée fut le préalable à la crise des subprimes. Autant abandonner son hypothèque à la banque quand on n’a pas d’autre choix que de payer son plein quatre fois plus cher.  

S’ajoute à cela que ces allumettes craquent dans l’environnement à haute teneur en octane des taux bas. Trump le sait qui bombarde de tweets la Réserve fédérale pour la dissuader d’engager un cycle de remontée des taux d’intérêt, l’arme qui depuis quarante ans contrôle une inflation, qui est pour les mêmes raisons minimisée par les statistiques officielles (les assurances maladie et l’immobilier n’en font par exemple pas partie en Suisse…). 

Cela suffira-t-il à maintenir une inflation officielle invraisemblablement basse dans un contexte de plein-emploi? Pas sûr, si la pression des travailleurs pauvres qui ont
fait et feront l’élection de Trump se fait sentir au travers de leur pouvoir d’achat à la pompe et en produits chinois chez Walmart.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."