Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Le vrai piège de Snapchat

IPO Snapchat a déposé sa demande d’entrée en bourse avec une valeur potentielle de 25 milliards de dollars. De «Forbes» à «Fortune», les analystes annoncent que cela ne va pas bien se passer. Il y a toutefois des arguments pour plaider le contraire.

D’abord, il reste énormément de liquidités à placer. Les politiques des banques centrales sont toujours généreuses. Le ralentissement annoncé des investissements des capital-risqueurs en 2016 a été finalement limité. Les investisseurs, en particulier chinois, ont pris le relais, triplant les montants qu’ils placent dans les start-up de la Silicon Valley. Enfin, si la valeur d’Amazon n’était que d’un raisonnable 300 millions au moment de son IPO en 1997, celle de Google était de 23 milliards en 2004 et celle de Facebook de 104 milliards en 2012. Elles ont été respectivement multipliées par 1300, 25 et 4. Les mêmes investisseurs qui ont été derrière ces coups (Benchmark, Kleiner Perkins avec en plus Alibaba) ont intérêt à ce que Snapchat crée un précédent positif pour écouler ensuite leurs autres licornes. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."