Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITIONS/Mes dix événements exotiques de l'été, d'Arles à Venise

Crédits: Alte National Galerie, Berlin 2018

Il n'y a pas «les cent expositions de l'été», ni même les mille. Il y a bien des années déjà, en se cantonnant à la France, «Beaux-arts» arrivait à ce dernier chiffre. C'était pour un numéro fatigant à consulter. Je vais donc me contenter de dix suggestions européennes. Dix événements (ou dix évènements comme l'autorise désormais l'Académie française) que j'ai voulu divers, tant sur le plan des lieux que sur celui des sujets. Il y a parmi ces cygnes un petit canard. Le truc dont personne ne va parler. Je vous laisse deviner duquel il s'agit. 

Arles
Les Rencontres.
Très présente dans la ville depuis 1970, la photographie découvre cette fois d'autres lieux supplémentaires ou de remplacement, dont un important pavillon de l'autre côté du Rhône à Trinquetaille. Hommage est rendu par ce «Retour vers le futur» à Robert Frank ou à Raymond Depardon. La Suisse reste présente avec son rituel espace le «Nonante-neuf», mais aussi grâce au Vaudois Matthieu Gafsou (jusqu'au 23 septembre, www.rencontres-arles.com). 

Bassano del Grapa
Abscondita
. Il s'agit, je crois, d'une première. Dans la jolie petite ville de Vénétie, la Galleria Civica del Museo propose une exposition à rebours. Celle-ci présente l'envers des tableaux, avec leurs surprises et leurs découvertes. La commissaire Chiara Casarin montre l'importance des esquisses cachées, des toiles réutilisées ou tout simplement des étiquettes et numéros d'inventaire racontant l'histoire plus ou moins récente des œuvres (jusqu'au 3 septembre, www.museibassano.it).

Berlin
Wanderlust.
Le mot semble intraduisible. Il traduit l'envie de voyager, surtout à pied. Sur ce thème, l'Alte National Galerie a bâti une exposition regroupant des prêts très importants. Essentiellement germanique, le parcours va officiellement de Friedrich à Renoir en passant par Courbet («Bonjour, Monsieur Courbet», venu de Montpellier), Feuerbach ou Hans Thoma. Mais il comporte aussi apparemment des pièces d'Otto Dix (jusqu'au 16 septembre, www.berlin.de/ausstellungen). 

Londres
Les 250 ans de la Royal Academy.
Bâtiment rénové, prolongé, repensé et architecturé par David Chipperfield. Inauguration en fanfare par Elizabeth II. Le lieu d'exposition principal propose cet été le 250e Salon contemporain organisé par les académiciens. Il dure jusqu'au 19 août. «The Great Spectacle» raconte en prime l'histoire de la manifestation depuis 1768. Il y a toutes sortes d'autres aménagements à découvrir, dont le nouveau musée de la RA (www.royalacademy.org.uk).
All too Human. La Tate Britain reste LE lieu pour l'art anglais depuis ses origines. L'exposition actuelle se penche sur le réalisme depuis les années 1910. «A Century of Painting Life». Il s'y trouve bien sûr des pièces majeures de Francis Bacon ou Lucian Freud, d'où le succès public. C'est aussi l'occasion pour le public étranger de découvrir les ancêtres Walter Sickert ou David Bomberg comme l'actuelle Paula Rego, d'origine portugaise (jusqu'au 27 août, www.tate.org.uk).

Madrid
Vasarely, El nacimiento del pop art.
Le retour en grâce. Mort en 1997 à Paris dans sa 91e année, Victor Vasarely avait connu un succès insolent dans les années 1960. Le Hongrois fascinait alors par ses compositions abstraites colorées suggérant une troisième dimension. Cet art faisant un peu mal aux yeux avait été repris par la mode et le design. Le désaveu était venu dès la fin des années 1970. Revoici l'homme au Museo Thyssen! (jusqu'au 30 septembre, www.museothyssen.org).
Lorenzo Lotto, Retratos. Né vers 1480, mort en 1557 après une carrière pour le moins difficile, le Vénitien constitue une des grandes redécouvertes de l'histoire de l'art au XXe siècle. Plusieurs hommages lui ont été rendus depuis les années 1970. L'actuel au Prado se concentre sur les portraits, d'une grand acuité psychologique. L'exposition sera à la National Gallery de Londres du 5 novembre au 10 février 2019 (Jusqu'au 30 septembre, www.museodelprado.es).

Paris
Les impressionnistes à Londres.
En 1870, Sisley, Pissaro mais aussi James Tissot plient bagages. Ils veulent éviter la guerre. Destination l'Angleterre. Certains y trouveront des racines durables. Reprise de la Tate Britain sous une forme différente, l'exposition du Petit Palais se termine avec «Les Ponts de Waterloo» et «Les Parlements» de Monet en 1904. Deux ans plus tard, le fauve Derain débarquait sur les bords de la Tamise (jusqu'au 14 octobre, www.petitpalais.paris.fr).

Rouen
ABCDuchamp. 
Marcel Duchamp est symboliquement mort en 1968. D'où l'actuelle rétrospective dédiée au Normand. Le Musée des beaux-arts a décidé de la présenter sous forme d'un abécédaire dans un décor très original. Il y a l'essentiel, prêté par Beaubourg et des privés. Une part importante est donnée à la tribu familiale où tout le monde se préoccupe d'art, sauf papa notaire. Et encore! Il sert parfois de modèle. Mon article a paru à la mi juin (jusqu'au 24 septembre, www.mbarouen.fr)

Venise
Biennale d'architecture.
Année paire, c'est donc l'architecture aux mêmes endroits que les beaux-arts. Les Irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara ont réussi leur pari de parler de constructions ou d'aménagements sociaux avec «Freespace». Le Padiglione Italia fait œuvre utile en évoquant l'Italie marginalisée de son «archipel». A part ça, il y a de tout. Je vous en ai parlé dans deux articles début juin. (Arsenale, Giardini, jusqu'au 25 novembre, www.labiennale.org)

Photo (Alte National Galerie, Berlin 2018): Le David Caspar Friedrich emblématique qui sert à la publicité de "Wanderlust".

Prochaine chronique le samedi 14 juillet. Le Rietberg à Zurich, avec des perles aafricaines.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."