Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITIONS/Le Top10 suisse de l'automne. Un choix personnel

Alors que des expositions d'automne se déversent chaque jour, l'envie vient de dresser un petit bilan, avant l'oubli total et définitif. Très peu d'entre elles resteront plusieurs années en mémoire. 

Je vais me cantonner à la Suisse, tout en précisant que je n'ai pas tout vu, ce qui me semble normal. N'oublions pas que notre pays possède plus de 1100 institutions muséales. Pensons que la plupart n'attirent plus guère de nos jours de visiteurs que par leurs manifestations temporaires. Et certaines d'entre elles de celles-ci se révèlent bien lointaines... Il me faudra ainsi réserver un jour entier pour découvrir le "Bramantino" de Lugano. 

Les cinq coups de cœur 

"Les rois mochica" au MEG. Le "blockbuster" de la rentrée genevoise dans un musée d'ethnographie flambant neuf. De beaux objets précolombiens, venus majoritairement d'Allemagne. Une scénographie élaborée, qui laisse de grands vides pour la respiration. La fameuse tombe inédite, venue du Pérou. Les choses commencent bien au boulevard Carl-Vogt (jusqu'au 3 mai).

"Sophie Taueber-Arp" au Kunsthaus d'Aarau. Elle demeure une figure-clé de l'art du XXe siècle. Grisonne passée par le mouvement Dada, Sophie Taueber (1889-1943) ne s'est pas contentée de jouer les doublures de son mari, comme Sonia Delaunay. On lui doit une création abstraite lorgnant sur les arts décoratifs et le théâtre. Une rétrospective très complète (jusqu'au 16 novembre)

"La cravate" au Landesmuseum du Zurich. Le saviez-vous? Cet accessoire a formé une spécialité zurichoise jusque dans les années 1970. Notre musée national, toujours en transformations, le rappelle avec une présentation à la fois historique, économique, ludique, actuelle et parfois féminine. Il y a même les cravates d'Andy Warhol, prêtées par sa succession (jusqu'au 18 janvier).

"Peter Knapp, Elles, 101 regards sur les femmes" au Musée des Suisses dans le monde. En 1959, un graphiste et photographe zurichois de 28 ans entre à l'hebdomadaire "Elle". Il va en révolutionner le style. Avec lui naît la presse féminine moderne. Le château de Penthes a réussi à restituer des décennies bouillonnantes d'invention.... même à la télévision! (Prolongé jusqu'au 30 novembre)

"Egon Schiele-Jenny Saville" au Kunsthaus de Zurich. Sur le thème du corps, émacié chez l'Autrichien des années 1910, opulent chez l'Anglaise contemporaine, le musée alémanique réussit le grand écart. Les tableaux venus de Vienne sont beaux. Jenny, qui restait une inconnue sur le Continent, trouve sa reconnaissance. Noir et blanc, le décor se révèle assez réussi (jusqu'au 18 janvier). 

Les cinq choix réfléchis 

"La passion Dürer" au Musée Jenisch de Vevey. Le Cabinet des estampes vaudois a déménagé ici il y a vingt-cinq ans. Ses collections possèdent près de 200 planches du grand artiste allemand (1471-1528). Le choix de l'exposition anniversaire était tout trouvé. Autour du fonds revisité gravitent quelques emprunts extérieurs et des réinterprétations contemporaines (jusqu'au 1er février).

"Julian Charrière" au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne. Prix Manor 2014, le Vaudois a droit à sa première vraie présentation muséale. A 27 ans, ce Morgien propose quelques voyages extrêmes, des terrains d'essais atomiques soviétiques à la banquise polaire. C'est à la fois spectaculaire et varié. Le catalogue brouille hélas un peu les pistes (jusqu'au 11 janvier).

"1814, premières genevoiseries?" au Musée international de la Réforme. Le 31 décembre 1813, Genève cesse d'être le chef-lieu d'un département français. Tandis que son avenir reste incertain, Wolfgang-Adam Toepffer trace des caricatures d'une terrible méchanceté. Il les gardera pour lui et ses amis. Elles forment le cœur d'une délicieuse présentation historique (jusqu'au 1er février).

"Augusto Giacometti, La couleur et moi" au Kunstmuseum de Berne. C'est le cousin de Giovanni et d'Alberto. Un cousin aussi éloigné sur le plan artistique que sur celui des liens de famille. Le Grison (1877-1947) a été un pilier du symbolisme, puis un pionnier de l'abstraction lyrique, tout en poursuivant une carrière très officielle. On lui doit des tableaux magnifiques (jusqu'au 8 février)

"Jean-Marie Borgeaud, La terre au corps" à l'Ariana. Il fait de la sculpture céramique depuis vingt ans. Comprenez par là que cet ancien peintre modèle des figures, souvent grandeur nature, et qu'il les cuit avec tous les impondérables que supposent des fours artisanaux. Le musée avait acquis une de ses premières pièces. Il offre aujourd'hui au Genevois sa rétrospective. (jusqu'au 26 avril).

Photo (Julian Charrière): Performance sur la banquise. L'artiste au chalumeau. Gare au réchauffement terrestre!

Prochaine chronique le mercredi 12 novembre. La Wallace Collection de Londres se refait une beauté.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."