Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITIONS/Gaudenzio Ferrari honoré dans trois petites villes lombardes

Crédits: DR

Attention! Ceci est une annonce. Je n'ai pas vu les expositions qui viennent d'ouvrir en Lombardie, avec trois jours de vernissages. Je ne suis donc allé ni à Varallo, ni à Vercelli, ni à Novara, puisqu'il faut opérer ses visites dans ce sens. J'aimerais pourtant bien signaler l'hommage rendu à Gaudenzio Ferrari, l'un des plus beaux peintres milanais de la première moitié du XVIe siècle. Il s'agit là d'une manifestation plutôt longue (jusqu'au 1et juillet à Novara et Vercelli, jusqu'au 16 septembre à Varallo). On ne peut cependant pas dire qu'il s'agisse là de villes faciles d'accès. Je me demande bien comment on se rend sans voiture à Varallo, dont le Sacro Monte constitue pourtant un lieu de pèlerinage. A pieds, probablement. 

Né vers 1480, mort en 1546, Gaudenzio Ferrari (1) a avant tout travaillé hors des grands centres. Il a ainsi exécuté, avec une généreuse participation de l'atelier, d'énormes cycles de fresques. Le «mur de Gaudenzio» de Santa Maria delle Grazie de Varallo contient ainsi vingt-et-une peintures autour d'une gigantesque «Crucifixion». Je garde un souvenir ébloui de San Cristoforo de Vercelli, qui est pratiquement couvert par les décors religieux de cette courageuse équipe. Celle-ci a en revanche peu produit de tableaux d'autel ou de chevalet, d'où la difficulté actuelle d'organiser une exposition dans un grand musée.

Lieux périphériques 

En travaillant dans des lieux périphériques, Gaudenzio a en revanche échappé aux destructions qui ont endeuillé Milan. Dans cette capitale, les églises ont été baroquisées. Beaucoup ont disparu dans les travaux urbanistiques de la fin du XIXe siècle. Les bombes de 1943-1945 ont fait le reste. A en juger par des photos en couleurs, les cycles de Gaudenzio se révèlent en bon état. Mais en Italie on a plutôt bien entretenu les édifices religieux. Vous en saurez davantage en consultant le site de l'exposition www.gaudenzioferrari.it Ce n'est pas ce que l'on peut faire de plus sexy. Mais il y a là beaucoup d'informations pour cette série d'exposition qui fait l'objet d'une importante promotion. J'ai bien dû recevoir dix communiqués de presse depuis la fin 2017.

(1) J'ai un faible pour les prénoms extravagants de certains peintres de la Renaissance italienne: Gaudenzio donc, mais aussi Cherubino Alberti, Lattanzio Gambara, Ventura Salimbeni, Pirro Ligorio... 

Photo (DR): Les anges musiciens d'un des cycles de Gaudenzio Ferrari.

Texte intercalaire.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."