Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITION/La Maison Tavel tend l'oreille

Il existe le patrimoine construit. L'immatériel aussi, que protège parfois l'Unesco. Et puis, il y a tout ce qui se situe un peu entre les deux. Le son, par exemple. Il existe bel et bien sous une forme définie, mais je défie quiconque de tenir des notes entre ses doigts. Il n'en faut pas moins protéger et les transmettre les plus précieuses d'entre elles. 

C'est à ce son qu'est consacré "L'oreille en voyage" de la Maison Tavel. Une exposition fournie clefs en mains la Phonothèque nationale suisse, située à Lugano. Mais repensée tout de même pour Genève. Cette manifestation itinérante, qui a déjà passé par Lucerne et Zurich, subira d'autres mues encore avant d'arriver à Délémont ou à Saint-Maurice. Il existe assez de matériel, dans ces archives qu'on devine sans fin, pour satisfaire tous les cantons.

Un décor rouge et blanc 

Il fallait relever un défi (et non un "challenge", comme on dit de nos jours) en donnant une forme à cette présentation, par principe abstraite. La Phonothèque a imaginé un décor, comme il se doit rouge et blanc, permettant au public d'entendre des extraits qu'il a choisis. On ne lui offre donc pas un parcours fixe, comme c'est hélas trop souvent le cas dans les présentations à suivre un casque sur la tête. A chacun de composer son menu, avec le nombre de plats qui lui convient. "L'oreille en voyage" ne tient pas de la prise d'otage, comme le théâtre ou le cinéma, à durée fixe. 

Responsable actuel de la Maison Tavel, Alexandre Fiette s'est laissé séduire par la proposition de reprendre cet hommage à toutes les sonorités helvétiques, qu'elles soient issues du disque, de la radio ou d'autres sources encore. L'auditif a sa place dans un musée d'histoire, que notre homme entend bien ouvrir au XXe siècle (voir l'entretien, publié une case plus bas). Et puis cette "Oreille en voyage" a sa raison d'être dans les (longues) célébrations du bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération. Elle nous interroge sur une identité multiple. En quoi sommes-nous proches, par la langue et l'esprit, de ce qui nous vient d'Appenzell, d'Unterwald ou du Tessin? Tout le monde ne possède pas les mêmes racines... Une des bornes le rappelle, parfois cruellement.Elle invite à reconnaître la voix de Suisses célèbres. Or le nom de certains d'entre eux n'a jamais franchi la Sarine, pourtant moins large que l'Amazone!

Pratique

"L'oreille en voyage", Maison Tavel, 6, rue du Puits Saint-Pierre, Genève, jusqu'au 15 mars 2015. Tél. 022 418 37 00, site www.mah-geneve.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Photo (Phonothèque nationale): La carte des sons suisses, qu'on retrouve à la Maison Tavel. Genève se situe tout en bas à gauche...

Ce texte va avec les propos d'Alexandre Fiette, situés un cran plus bas.

Prochaine chronique le vendredi 28 novembre. Que penser du "relookage" du Musée Picaso de Paris?

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."