Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITION / L'Ariana montre Akio Takamori

Il y a ceux qui dorment, la jambe repliée ou en chien de fusil. Certains se tiennent sagement debout. Une dame s'accroupit. Elle ne satisfait pas un besoin pressant, comme je l'avais cru. «C'est une position que l'on adopte, au Japon, quand on attend un autobus», explique Anne-Claire Schumacher, commissaire de l'actuelle exposition Akio Takamori à l'Ariana genevois. Son titre? «Portraits ordinaires». Petit tout d'horizon avec la conservatrice.

Comment en venez-vous à présenter l'artiste?
Takamori a été repéré au Kunstforum de Soleure, l'une des très rares galeries de Suisse avec Marianne Brand à Carouge, à consacrer son activité à la céramique. C'était au temps de Roland Blaettler, alors directeur du musée. Le Japonais devait y revenir pour une exposition personnelle en 2013. Nous avons saisi l'occasion. J'avais plutôt envie de proposer une installation dans le hall. Elle accueillerait le visiteur de manière assez étrange. Vous avez sans doute remarqué que les personnages de Takamori sont de plusieurs dimensions autres que la taille réelle.

Mais qui est le céramiste?
Takamori est né en 1950. Il a reçu au Japon une formation tout ce qu'il y a de plus traditionnelle, avec ce que cela suppose de rigidité formelle. Il a ensuite voyagé. Les Etats-Unis. Bois-le-Duc aux Pays-Bas. Son inspiration s'est alors permis des libertés avec la culture nippone, qui reste cependant toujours très présente. Takamori explique d'ailleurs qu'il se sent étranger aux USA, même s'il a subi une évidente influence occidentale.

Qu'est-ce qui vous séduit chez lui?
Le mélange des genre. L'homme est à la fois céramiste, sculpteur et peintre. Il se situe à cheval entre ce qui est bidimensionnel et tridimensionnel. Regardez cette statuette. Les mains doivent leur relief aux applications de couleurs, tandis que les pieds se sont vus soigneusement modelés.

L'Ariana possède plusieurs de ces pièces.
Exact! La première entrée dans les collections est la femme endormie. Sont ensuite venus un garçonnet et une fillette représentés debout. Nous devons les trois œuvres à la générosité de Gisèle de Marignac, notre mécène, décédée en 2012.

Vous présentez parallèlement, à l'étage, dans une vitrine, des réalisations de Donatella Bernardi, une Genevoise née en 1976.
Il s'agit de deux ensembles. Sur le sol de la vitrine, il y a une trentaine de carreaux émaillés. Ils étaient initialement agencés selon le K de Kopinism, un mouvement affirmant la sacralité de la libre circulation de l'information et du savoir. Par dessus se trouvent des porcelaines blanches créées à partir d'une impression 3D. Mais je vous rassure tout de suite. La céramique ne cuit pas encore à l'intérieur de l'imprimante!

Pratique

«Akio Takamori, Portraits ordinaires», Musée de l'Ariana, 10, avenue de la Paix, Genève, jusqu'au 27 octobre. Tél.022 418 54 50, site www.ville-geneve.ch/ariana Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Photo (DR): Un des personnages dormant d'Akio Takamori.

Parcours céramique à Carouge dès le 28 septembre

Année impaire! Carouge va donc abriter un nouveau «Parcours céramique». Il s'agit du treizième du nom. Les expositions, au nombre d'une vingtaine, s'accompagneront d'événements allant d'un marché spécialisé à la projection de films, en passant par des cuissons en plein air ou des ateliers pour enfants.

Tout commencera le 28 septembre pour se terminer le 6 octobre. Le sujet mis au concours international de cette année, après la tasse ou le vase soliflore, est le nain de jardin. Il y en aura donc une flopée au Musée de Carouge. Blanche-Neige n'en croirait pas ses yeux. Un horaire commun a été trouvé pour les 24 lieux concernés. Tout sera ouvert du mardi au vendredi de 11h30 à 18h30, les samedis et dimanches de 11h à 17h, le dimanche de clôture de 11h à 16h. Nouveauté 2013. Un prix se verra décerné par l'Ariana, qui aura ouvert le 27 septembre une nouvelle exposition, dédiée cette fois au Français Jean Fontaine.

Pratique

www.parcoursceramiquecarougeois.ch Très accordéon, le dépliant est déjà sorti de presse. A voir du 28 septembre au 6 octobre.

Prochaine chronique le jeudi 5 septembre. Paris s'apprête à vivre en galeries son "Parcours des Monds". Petit tour d'horizon des foires de la capitale française, où le marché de l'art décline.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."