Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITION/Aarau et Sophie Taueber-Arp

Vous connaissez sa tête. Vous la voyez tous les jours. Du moins, je vous le souhaite. Depuis 1995, une Sophie Taueber-Arp (1889-1943) chapeautée jusqu'aux yeux orne en effet le billet de 50 francs. C'est sans doute la première fois qu'une femme orne une coupure suisse depuis Maman Helvetia. Mais Alberto Giacometti, personnalité artistique naguère tout aussi peu conventionnelle, ne figure-t-il pas sur le billet de 100 francs? Il faut vivre avec son temps. 

Le Kunsthaus d'Aarau propose aujourd'hui une vaste rétrospective de l’œuvre protéiforme de Sophie, abondant si l'on pense qu'il a été élaboré dans l'ombre de son mari Jean Arp. Certains amis du couple ne soupçonnaient du reste même pas son importance. C'était une femme. En France, la déclinaison des motifs sous forme de marionnettes, de coussins brodés ou de motifs décoratifs passait en outre mal la rampe, avant la guerre. On le sent bien avec Sonia Delaunay (1885-1979), une amie de Sophie. La Russe, qui fait en ce moment l'objet d'une vaste exposition au Musée d'art moderne de la Ville de Paris, semblait anecdotique pour avoir ouvert des maisons de mode en Espagne, puis en France. L'art total n'était pas à l'ordre du jour à Paris, contrairement à l'Allemagne.

La peinture et la danse 

Sophie Taueber voit le jour à Davos. Elle reçoit sa formation à Saint-Gall, puis à Munich. Ses intérêts la poussent vite au-delà des arts plastiques. Son amie Mary Wigman, l'une des déesses mères de la danse contemporaine, la pousse à s'exprimer sur scène. La jeune femme s'exhibe masquée au Cabaret Voltaire de Zurich, épicentre du dadaïsme pendant la Première Guerre mondiale. Il faut dire qu'elle enseigne pour vivre. En 1921, elle épouse l'Alsacien Jean Arp, qu'elle connaît depuis 1915. La Suissesse poursuit ses travaux, qui la poussent vers une abstraction raffinée. Notons que chacun des deux conjoints conserve sa personnalité. Il n'y a pas ici la fusion parfois gênante existant entre Robert et Sonia Delaunay, qui finissent par tenir de l'aigle à deux têtes. 

Les Taeuber-Arp vivent en France, avec un œil sur le mode germanique. Il leur faut se replier en 1940. Ils aboutissent à Grasse, où les époux tentent de créer un foyer de créateurs d'avant-garde, avec Sonia Delaunay et Alberto Magnelli. En 1943, le couple rentre à Zurich. C'est là que Sophie meurt bêtement, pour autant qu'on puise mourir intelligemment. Un chauffage au gaz l'intoxique. Jean Arp cesse trois ans de créer. Il se remariera pourtant plus tard avec Marguerite Hagenbach. C'est à cette dernière qu'on doit la répartition actuelle des œuvres. La seconde Madame Arp a donné à diverses fondation et à nombre de musées helvétiques ce qui restait dans l'atelier. Beaucoup. Et du très bon.

Un musée remarquable 

C'est donc de Bâle, de Zurich, de Berne ou de Locarno que proviennent nombre des quelques 300 réalisations réunies pour encore quelques semaines à Aarau. Je ne sais pas si vous connaissez le Kunsthaus d'Aarau. Il s'agit d'une institution remarquable, centrée sur la création helvétique du XXe siècle. L'ancien bâtiment, situé à la limite de la ville ancienne, datait de 1959. Il a fait l'objet en 2003 d'un important agrandissement, dû au tandem Herzog & DeMeuron alliés au plasticien Remy Zaugg. L'institution a alors plus que doublé de surface. Cette petite cité de 20.000 habitants a payé la facture, avec quelques aides. Il n'y a ici eu aucun psychodrame à rallonges et épisodes. Je pense que vous avez saisi l'allusion. 

L'intérieur constitue un comble de "white cube". On aime ou on n'aime pas. Pour Sophie, ce fonds glacial va bien. Sa création se contente de compositions simples, claires, mates, à motifs parfois géométriques, mais d'une géométrie pleine de fantaisie. Il suffit de visiter le sous-sol, où la peinture concrète alémanique du musée se voit présentée pour comparaison. Il se creuse un abîme entre la Grisonne et des gens comme Max Bill ou Richard Lohse. La preuve! L'énorme quantité d’œuvres ici présentées se parvient pas à lasser, tant il s'y trouve de jaillissement de couleurs et de renouvellement des formes. Sophie tente. Passe à autre chose. Revient au point de départ. Elle ne se laisse jamais baliser par des contraintes. Elle sort de Dada, et non pas du Bauhaus!

Rien en Suisse romande

Il semble regrettable que la manifestation ne soit pas mieux signalée de ce côté de la Sarine. Mais il faut bien le constater. Le pays se morcelle. On a connu des affiches pour les manifestations alémaniques, voire tessinoises. Elles se font de plus en plus rares, à part celles de la Fondation Beyeler. Une bonne signalisation semble pourtant indispensable aux échanges culturels. On ne peut tout de même pas visiter des sites toute la journée pour savoir si...

Pratique

"Sophie Taueber-Arp, Aujourd'hui c'est demain", Kunsthaus, Aargauerplatz, Aarau, jusqu'au 16 novembre. tél.062 835 23 30, site www.aargauerkunsthaus.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h, le jeudi jusqu'à 20h.

P.S. René Burri est mort. Je sais. Mais je ne vais pas rajouter une nécrologie supplémentaire à toutes celles qui ont déjà paru. Je ne suis pas davantage à la FIAC parisienne en ce moment que je ne trouvais à la Frieze londonienne il y a quelques jours. Je n'irai pas tout de suite à la Fondation Vuitton du Bois de Boulogne. Elle était assez riche pour s'offrir des supplément entiers de journaux. Cette chronique vise à faire des découvertes et non à rabâcher. 

Photo (DR): "Café" (1928). Une des rares toiles de Sophie Taueuber-Arp comportant des éléments figuratifs.

Prochaine chronique le jeudi 23 octobre. Petite visite au MEG genevois. Le musée d'ethnographie rouvre ses portes après des années de travaux le 31 octobre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."