Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Everybody was Kung Fu Fighting

Hier matin, alors que je rédigeais cette même chronique, j’ai eu l’occasion de faire un bref aparté sur la Chine, au moment où j’écrivais, le marché Chinois était en baisse de près de 3%. 3% en Chine, depuis quelques semaines, c’est devenu un peu le « nouveau normal », pas de quoi se poser trop de questions. Sauf que dans les heures qui ont suivi, Shanghai s’est effondré de plus de 8% à la clôture. C’était la pire des séances en Chine depuis 8 ans.

C’était un bain de sang général. Durant la journée, j’ai eu l’occasion de lire quelques articles et autres opinions sur ce qui s’était passé en Chine. Je dois dire que j’en suis revenu fasciné et bluffé.

Fasciné parce que je trouve hallucinant le nombre de « gourous » ou autres experts financiers qui viennent vous dire qu’il semblerait que le gouvernement n’ait pas les moyens de soutenir le marché chinois, que l’on suppose même PEUT-ÊTRE que le gouvernement chinois serait sur le point de supprimer son soutien à l’économie locale, ÉVENTUELLEMENT, qu’il se pourrait PEUT-ÊTRE que la croissance soit plus faible que ce que l’on veut bien nous dire. C’est un ramassis de verbes au conditionnel et un troupeau d’adverbes comme peut-être ou éventuellement. Mais ce n’est pas grave, en 2015, on n’a plus besoin de certitudes pour déclencher des vagues de ventes, des théories approximatives révélées par un réseau social qui ne vous laisse publier que 140 caractères suffit amplement.

Et puis bluffé, parce la presse relaye tout azimut ces mêmes approximations, étant donné que l’on n’a rien à dire, rien de concret en tous les cas, autant se contenter de répéter ce que disent ou plutôt ce que supposent les autres. Peut-être que cela est dû au fait que je revienne de vacances, mais actuellement je suis impressionné par notre capacité à réagir sur pas grand-chose, pas grand-chose de concret en tous les cas.

Peut-être est-ce le fait que la Grèce nous manque et que l’on doit absolument trouver quelque chose à dire ou à raconter. Allez savoir.

Toujours est-il qu’hier il n’en fallait pas plus pour justifier que tous les vendeurs soient dehors. La Chine était en panique ? Alors pourquoi pas le reste du monde, après tout la Chine est le moteur de croissance du monde entier, si  y a plus la Chine, tout est foutu. 

L’Europe, qui n’a plus la Grèce (momentanément) pour justifier ses crises d’angoisses, s’est soudainement trouvée fort concernée par ce qui se passait en Chine et l’ensemble des indices étaient donc sous le feu des ordres de vente. Pas besoin de chercher plus loin les justifications pour la baisse de plus de 2% sur les indices des pays du vieux continent, la Chine était LA raison de la baisse.

Aux USA c’était pareil, sauf que comme on a un peu plus de temps pour réfléchir et qu’en terme d’égo, l’Américain préfère penser que c’est lui qui permet à la croissance mondiale d’être ce qu’elle est, on a baissé un peu moins violemment que le reste du monde. Cependant, cela reste tout de même la cinquième séance de baisse consécutive aux Etats-Unis. J’en profite pour me poser une nouvelle fois la question : « Pourquoi chaque fois que je suis en vacances, le marché monte et fait des « new highs » et pourquoi dès que je reviens, ça baisse et l’on rentre à nouveau en mode on-va-tous-mourir ???? ».

Les seules choses que l’on peut retenir de la journée d’hier – qui n’a rien à voir avec la Chine  - c’est TEVA qui change d’idée et renonce à Mylan pour acheter Allergan à la place. Mylan se prenait 14% dans les dents et Teva montait de 16, pendant qu’Allergan grimpait de 6%. Autre nouvelle dont tout le monde se moque, les Durables Goods étaient en hausse de 3.4%, plus fort que les attentes du marché.

Autrement on attend la FED.

Tout le monde sait que Yellen ne fera rien demain soir, mais tout le monde est en train de se rendre compte qu’après le mois de juillet, il y a le mois d’août et qu’après août il y a septembre (ne le dites à personne, c’est un secret)… Et puis qu’à partir de septembre, la hausse des taux aux USA, ça pourrait être pour de vrai !!! ça aussi, ça nous stresse un poil. Même s’il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Côté or, il ne bougeait pas hier, mais la chute n’en est que plus proche. Ce matin l’once vaut 1096$. Quant au pétrole, déjà qu’il est officiellement rentré en « Bear Market », si en plus la Chine ne veut plus remonter et que le gouvernement n’aide plus et que la croissance chinoise est pourrie, on peut légitimement se demander pourquoi on achèterait du pétrole et surtout, qui va bien pouvoir acheter !!! Ce matin le baril vaut 47.18$.

En Asie, le Nikkei est en baisse de 0,35% et le Hang Seng « joue » le rebond +1.5%. Tôt dans la nuit, le marché Chinois a ouvert au fond du trou, perdant à nouveau près de 5%, mais depuis quelques heures, il remonte. N’abandonnant « plus que 1% ». Le problème avec la Chine, c’est qu’ils ont la capacité de faire tout plus vite que nous. Que ce soit en terme de production industrielle ou de baisse de marché. Un indice que ne baisse « que » de 1% à 6h30 le matin, a LARGEMENT les compétences de nous planter la journée d’ici l’ouverture de l’Europe. Et étant donné la propension actuelle à utiliser des adverbes comme peut-être ou éventuellement et à tout mettre au conditionnel, tout est possible. La hausse comme la baisse. Actuellement, sur la Chine, la seule chose qui semble improbable, c’est le statuquo.

Dans les nouvelles du jour, on reparle de la Grèce et de son marché boursier qui pourrait/devrait rouvrir cette semaine (conditionnel encore) – tout le monde a  une théorie sur la réaction du marché athénien le jour de l’ouverture, je vous donnerai la mienne le lendemain, c’est plus sûr. 

GM va investir 5 milliards dans le développement d’une nouvelle famille de véhicules destinés aux marchés émergents. On parle de la baisse du pétrole (j’attend le premier qui va me donner un target à 20$ et je parie que c’est pour dans moins d’une semaine). Le FMI est à nouveau sur la brèche et encourage la BCE a faire feu de tout bois pour soutenir l’économie européenne et de ne pas trop négliger l’impact de « l’affaire grecque ». Autrement tous les médias du monde entier ont une opinion sur ce qui se passe sur le marché chinois, tout le monde pense que le gouvernement n’a rien compris. En tous les cas, eux, ils n’auraient pas fait comme ça… Les mêmes qui encensaient le « bull market local » il n’y a pas si longtemps.

Le Barron’s estime que techniquement, le marché indique qu’il a encore de la place pour baisser. Ils pensent aussi que TEVA peut atteindre 100$ après l’acquisition d’hier et que Chesapeake Energy pourrait être un candidat au take-over. Procter et Gamble va annoncer le nom de son nouveau CEO ce jeudi et Baidu perdait 7% hier soir après la publication de ses chiffres trimestriels. 

Pour les publications trimestrielles, nous retiendrons AK Steel, BP, Citrix, CONSOL Energy, Corning, Dupont, Endesa, Ford, Gilead, LVMH, Merck Marsh McLennan, Man, Masco, Orange, Pfizer, Saipem, Statoil, Taser, Twitter, UPS, US Steel et Yelp. Du beau monde comme vous pouvez le voir et attention aux surprises, à la hausse comme à la baisse….

En ce qui concerne les chiffres économiques, pour ceux qui ont raté un épisode, la FED se réuni aujourd’hui et demain, mais ne parlera que demain soir. Il y aura aussi la confiance du consommateur en Italie, le GDP en Angleterre,  le Redbook et le PMI des services aux USA, ainsi que le consumer confidence.

Pour le moment nous semblons être en mode « cinq jours de baisse à la suite ça suffit », les futures sont indiqués en hausse de près de 0.5%, ce qui est assez rare pour être signalé. On se croirait un jour d’annonce de bailout sur la Grèce. Le future allemand avance de 0.63%. L’Euro/$ est à 1.1084, le Yen vaut 123.56, le Bitcoin est à 286$ et le rendement du 10 ans US est de 2.25%. L’Euro/Suisse est en folie et on dirait que le plan de la BNS/Hannibal Smith se déroule sans accroc  - la monnaie se traite à 1.0665, plus que 14 figures et on est revenu au début de l’année et l’économie suisse sera prospère. Youplaboum.

Voilà, c’est tout pour ce matin. Vous noterez que le site fonctionne à nouveau et si je crois ce que l’on me dit (au-delà du fait que tout est de ma faute et que l’hébergeur a tout fait tout juste – même plus), ça devrait fonctionner… Affaire à suivre. En tous les cas, nous on se retrouve demain à la même heure et au même endroit. En attendant, je vous souhaite une excellente journée et un bon café !

À demain !!!

Thomas Veillet

Investir.ch                           

“If you think nobody cares if you’re alive, try missing a couple of car payments.” – Earl Wilson

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."