Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

EUR/CHF - Le seuil des 1.20 est-il en danger?

Tout proche du plancher, l‘EUR/CHF, actuellement à 1.2015, n’avait plus atteint ces niveaux depuis 2012. Effectivement  avec une croissance nulle, une contraction des crédits, et une inflation au plus bas depuis 5 ans,  la crise de la zone Euro est de retour sur le devant de la scène provoquant la chute de sa monnaie. De plus, Draghi et le conseil des gouverneurs de la BCE sont unanimes quant à l’utilisation de mesures d’assouplissement quantitatif massives au courant des 2 prochaines années; autant dire que la pression sur la monnaie unique n’est pas près de s’arrêter. 

D’un autre côté, le président de la BNS Thomas Jordan, s’est dit prêt à tout pour défendre le seuil de 1.20, y compris l’introduction de taux négatif, si nécessaire. Depuis l'instauration du taux plancher en  2011, la BNS a augmenté ses réserves en devises étrangères de 152% de 182 milliards à 460 milliards de francs. 

BNS reserves

Le seul hic, le vote sur l’initiative « sauvez l’or de la Suisse » pourrait venir contrecarrer le plan de la BNS. L’initiative qui sera soumise à la votation le 30 novembre 2014 comporte 3 points : les réserves d’or de la BNS doivent être inaliénables, stockées en Suisse, et leur part ne doit pas être inférieure à 20% de ses actifs. La part de l’or est passée de 18% à 8% des actifs, dû notamment à l'achat massif d'euros, suite à l’instauration du taux plancher. Une victoire du « OUI » poserait donc des difficultés majeures à la BNS pour défendre le seuil des 1.20, car elle aura tout simplement beaucoup moins de moyens pour acheter de l'euro. Une victoire du « NON » en revanche pourrai propulser la paire rapidement au-dessus de 1.21 et même plus haut.

Toutefois  même dans le cas d’un « oui », la BNS aura un délai de 5 ans pour accumuler l’or nécessaire. Elle aura probablement les moyens pour défendre le seuil sur au moins 1 ou 2 ans, ce qui est l’objectif. La BNS a réussi à protéger le seuil depuis son introduction en 2011, lorsque la crise de l’Euro était à son apogée, et devant la détermination de Jordan, l’EUR/CHF devrait se maintenir au-dessus de 1.20 quelle que soit l’issue du vote. A plus long terme, cela va clairement limiter la marge de manœuvre  de la BNS déjà dans une situation critique. Le bilan de la BNS déjà élevé représente 80% du PIB ; à titre de comparaison celui de la Fed s’égale à un quart de son PIB.

Un achat tactique ?

Les baisses en dessous de 1.2050 ont souvent été jouées par les fonds et spéculateurs avec pour objectif un retour à 1.2100. En termes de ratio profit/perte, cela semble une opportunité intéressante. Il est cependant conseillé de mettre un stop juste au-dessous du seuil, car si cassure il y a, cela déclenchera quelques milliards de francs en ordres stop, propulsant ainsi le cours de l’EUR/CHF à la baisse de plusieurs centaines de points en une fraction de seconde.

 

Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."