Koppel Peter

COFONDATEUR DU FORUM PME/KMU

Dans les années 80, Peter Köppel est chargé de cours en littérature française et comparée à l’Université de Zurich. Après une formation en analyse politique internationale, il devient consultant en entreprise à Saint-Gall. Il participe également à la rédaction du Livre blanc de David de Pury. En 1996, Peter fonde une agence de communication à Zurich. En 2009, il est l’initiateur et le coorganisateur du Forum PME/KMU pour le rapprochement alémanico-romand dans l'économie.

Etre bilingue, même tardivement

La neuropsychologie s’intéresse à comprendre le fonctionnement du cerveau selon les diverses activités des personnes. Pour cela, divers instruments de mesures tels que électro-encéphalogramme, résonnance magnétique ou mesure des activités visuelles - on parle ici d’eye-tracking - sont utilisées.

Dans le cadre de ma thèse en neuropsychologie j’ai utilisé cette dernière technologie pour observer le comportement des bilingues français-allemand lors de la lecture, en particulier lors de la lecture de mots composés. En effet, les mots composés allemands se construisant à l’envers de leurs équivalents français (en allemand on dit ‘dent-brosse’ et non ‘brosse à dents’), il était intéressant d’observer si la lecture rapide de tels mots diffère selon la langue et selon la langue maternelle du lecteur.

Pour cela, une expérience a été réalisée, exigeant des lecteurs et lectrices de lire des mots composés, langues confondues, visibles uniquement pendant 1 seconde et de décider si ce mot est correct ou inversé. En observant le mouvement des pupilles, on a ainsi pu analyser les stratégies de lecture de chaque participant.

Nous avons observé divers paramètres tels que le sens de lecture, la vitesse, le nombre de sauts lors du parcours de chaque mot, etc. Ensuite nous avons analysé les données pour éliminer les erreurs grossières tels que clignement des yeux et autre et finalement analysé statistiquement ces résultats pour voir quelles sont les différences significatives selon les divers critères ci-dessus.

Les résultats sont très intéressants : tout d’abord, les analyses des mouvements des yeux ont montré qu’en général la lecture commence par la seconde partie des mots français et par la première partie des mots allemands, ce qui correspond, dans chacune des deux langues, à l’élément le plus riche en sens pour comprendre un mot composé.

Ensuite, alors que nous attendions de meilleurs résultats (nombre de fautes lors de la décision si le mot et correct ou non) des bilingues précoces, donc ceux qui sont nés dans un environnement multilingue et qui n’ont donc pas dû apprendre scolairement leur deuxième langue, nous avons observé que certains bilingues tardifs atteignent des taux d’erreurs aussi faibles que la moyenne des bilingues précoces.

La différence majeure des bilingues précoces s’observe au niveau de la technique de lecture: ces derniers découvrent plus ou moins instantanément de quelle langue le mot actuel est issu et arrivent à la bonne réponse le plus souvent en un seul coup d’œil, sans avoir besoin de lire les parties de gauche et de droite, voire devoir relire plusieurs fois, le mot composé affiché. Cela signifie donc que les bilingues précoce sont simplement plus efficaces, utilisant moins de temps et d’énergie pour résoudre correctement l’exercice qui leur a été présenté.

Les conclusions à tirer de cette recherche sont l’importance de l’encouragement et du soutien aux familles et enfants issus de milieux multilingues, une chance unique pour éduquer des enfants à la frontière entre les langues et leurs cultures respectives.

 

Par Sandra Tinner

Née à La Chaux-de-Fonds, vivant à Zurich, Sandra Tinner est neurolinguiste, active dans des projets de recherche et d'enseignement aux universités de Constance et Zurich ainsi qu'à la HEP de Suisse Nord-Ouest. Ses axes de recherche s'orientent autour du bilinguisme, des neurosciences ainsi que des aspects politico-économiques du bilinguisme. Elle est auteure de nombreux articles, scientifiques et politiques, dans la presse quotidienne et spécialisée.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."