Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Yverdon va proposer ses sixièmes "Numerik Games" fin août avec une option "arts vivants"

Les jeux se dérouleront à nouveau en ville. Il y aura deux pôles. Le spectacle y trouvera une large place. A voir du 27 au 29 août avec un Pass Covid.

Le spectacle "Techno Circus" de Siro-A.

Crédits: T2, Numerik Games, Yverdon-les-Bains.

Numéro six! Il y a maintenant un lustre (autrement dit cinq ans, mais on part toujours de zéro…) que les Numerik Games roulent à Yverdon, en liens avec la Maison d’ailleurs et son charismatique directeur Marc Atallah. Comme le précise ce dernier, «il faut savoir que nous comptons 2020, où se seront déroulés sept week-ends au début de 2021». Il s’agissait alors de remplir un vide et de maintenir vivante la communauté créée au tour des jeux. «Jeux est à la fois le bon et le mauvais mot. Nous ne sommes pas, je le rappelle, un festival destinés aux seuls jeux vidéo.»

Des fins de semaine, activées il y a quelques mois, sont sortis sept thèmes. «C’était là une bonne opération, très fatigante.» Elle correspondait, comme souvent, au désir de trouver de nouveaux publics. Ceux qui vont largement au-delà de l’univers du «gaming». On sortira donc (un peu) de ce monde-là. L’édition 2021 offrira en revanche un retour aux sources géographiques. Elle ne se déroulera pas, du 27 au 29 août (c’est donc tout bientôt), à Y-Park, le mini Silicon Valley local, un peu en lisière de ville. Les «Numerik» reviennent dans le centre urbain, «Il y aura deux grandes zones. La première se situera autour du Château de de la place Pestalozzi. La seconde au Théâtre Benno-Besson et dans ses jardins.»

Surprise japonaise

Se dérouleront là beaucoup de choses. Normal. «J’ai déjà envie en temps normal de proposer une grande diversité de spectacles.» 2021 se verra cependant marqué par ce qu’on appelle «les arts vivants». Ceux du dedans et ceux du dehors. Ces derniers seront assurés en collaboration avec La Plage aux six pompes de La Chaux-de-Fonds. Pour ce qui est de la scène du Théâtre Bennon-Besson, pâtisserie rococo qu’il imaginerait bien dans une ville balnéaire, il a été trouvé des accords avec les gens de l’institution elle-même et de Vidy, ce qui n’est pas rien. Il y aura ainsi une surprise japonaise ("Techno Circus" de Siro-A) et deux spectacles suisses, montrés en alternance et par roulement. «Cela fera en tout neuf représentations sans réservation, la jauge étant ici de 450 places.» J’ai oublié de dire qu’il y aura aussi un concert-spectacle, «Entrons dans la couleur».

Marc Atallah. Photo Jean-Christophe Bott, Keystone.

Venons maintenant du côté de la place Pestalozzi. S’y dérouleront quantité d’événements reflétant une «créativité suisse», que Marc Atallah aime toujours à mettre en évidence. Elle concernera aussi bien les jeux vidéo (il jouent tout de même leur rôle!) que les hautes écoles romandes. Je citerai l’Unil, l’Ecal ou la Head. L’accent se mettra sur les travaux de l’année. Rien de rétrospectif ici. Le but est au contraire d’atteindre en aval des résultats concrets. Les festivaliers inaugureront ainsi des jeux élaborés autour de la Croix-Rouge et de Pro Infirmis. Un public-test. «Des développeurs se chargeront ensuite de les diffuser.» Il y aura par ailleurs de la musique au Château. N’imaginez pas un quatuor baroque. Ce sera de l’électronique. Les façades de l’Hôtel de Ville serviront parallèlement pour la rétro-projection d'une œuvre créée en direct par Maya Rochat, qui expose en ce moment au CACY. Le centre d’art contemporain local.

Aucune réservation

Ajoutez au menu des conférences et des ateliers. Une part de réflexion ne fait pas de mal. Vous aurez ainsi le contenu plus complet des «Games». Bien sûr, il faudra l’obligatoire Certificat Covid dès 16 ans, ce qui incitera peut-être certains à un peu de vaccination. L’avantage sera de faire tomber, au propre, le masque. Pas de réservation, même comme je l’ai dit au théâtre. Nous ne sommes pas au Paléo de Nyon, annulé en 2021 comme en 2020. Le public global reste ici dans les quatre chiffres. La journée est à 30 francs. Trois mots reviennent dans la bouche de Marc Atallah. Ce sont «diversité» (mais pas dans l’actuel sens bien-pensant!), «exotisme» et «énergie». «Je pense que la programmation est équilibrée. Il y en a pour les adultes, les jeunes et les publics mélangés.» Ne reste plus, comme au casino, qu’à faire ses jeux!

Pratique

«Numerik Games», Yverdon-les-Bains, divers lieux dans la ville, du 27 au 29 août. Site général www.numerik-games.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."