Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Xavier Rey dirigera le musée du Centre Pompidou... qui va provisoirement fermer

A 39 ans, l'homme est un pur produit des hautes écoles. Il a pourtant été choisi pour son projet populaire. La Culture n'en est pas à une contradiction près.

Xavier Rey à Marseille.

Crédits: Ville de Marseille.

Et de deux! Après la nomination de Laurent Le Bon à la tête du Centre Pompidou en remplacement de Serge Lasvignes, il restait à pourvoir le poste de l’autre retraité du jour. Bernard Blistène s’en est aussi allé pour cause de limite d’âge. Le Bon avait voix au chapitre. Il a poussé la candidature de Xavier Rey, 39 ans. Le nouveau directeur a emporté le morceau. L’actuel responsable des musées de Marseille entrera donc en fonction le 1er octobre. Encore le jeu des chaises musicales! Il faut dès aujourd’hui trouver un ou une remplaçant(e) pour Orsay, dont Laurence des Cars part pour le Louvre, le Musée Picasso, que quitte Le Bon, et maintenant les musées de Marseille, qui ne constituent pas précisément un cadeau. Il serait cette fois bon de placer quelques nouveaux pions sur l’échiquier ou, par sacrifier au féminisme ambiant, au damier.

Xavier Rey provient de la plantation de fleurs de serre dont la France garde la spécialité avec ses grandes écoles. Ce brillant sujet a fait l’Ecole normale supérieure, puis HEC à Paris avant d’entrer à l’Ecole du Patrimoine. Une filière royale. Les musées du pays voisin possèdent du coup quelque chose d’endogamique, d’où leur extraordinaire homogénéité. Rien à voir avec la fameuse diversité que la France, un peu schizophrène, se targue de vouloir respecter aujourd’hui. Xavier Rey a été retenu pour un projet humain. A Marseille il a beaucoup fait pour l’accueil des publics, «notamment empêchés». Son plan sur la comète «est construit sur la générosité dont il se propose de faire une boussole.» Le Ministère de la culture n’en finit pas de multiplier ainsi les mots ne voulant rien dire. Mieux vaut sans doute avoir une langue de bois plutôt qu’une gueule de bois… Xavier sera ainsi «plus au service de l’ensemble des territoires et des publics.»

Un spécialiste du XIXe siècle

Revenons aux choses sérieuses. Xavier Rey est un spécialiste du XIXe siècle, comme Laurence des Cars du reste. On va le prier de s’intéresser aux XXe et XXIe, ce qui constitue une manière comme une autre de rajeunir. De toute manière, le gros de son travail sera de trouver au plus vite des solutions pour un musée qui fermera en 2023 pour une durée de quatre ans. Si l’escalator sur l’esplanade a été complètement refait, avec un nouveau dessous rouge qui le fait ressembler à une semelle de Christian Louboutin, l’arrière va en effet subir de nouveaux travaux de réfection. Majeurs. Que voulez-vous? On ne construisait plus aussi solide après 1970 qu’en 1900… Epoque où l’on ne répandait pas non plus l’amiante avec une si confondante abondance. Notez qu’en 2027, Xavier Rey se situera déjà dans son second mandat, ceux-ci étant de quatre ans.

Voilà. «Libération» rapporte que les féministes s’interrogent après deux nominations masculines à la tête de Beaubourg, où aucune directrice n’a jamais été vue à la barre. Une tare apparemment. Je suppose que vous avez remarqué. Pour faire sérieux, il faut aujourd’hui avoir le bon sexe et présenter un vrai programme social, ou plutôt sociétal. Basta! Le reste n’est que balivernes. Il n’y a du reste pas un mot dans le communiqué du Ministère de la Culture sur… la culture. Aucun projet esthétique. Scientifique. Historique. Que va montrer Xavier et pourquoi? Mystère. Cela dit, je garde un excellent souvenir d’expositions dont il a été le commissaire, à commencer par «Degas et le nu» au Musée d’Orsay en 2012. Xavier allait alors fêter ses 30 ans. L’avenir s’annonçait déjà radieux.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."