Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

WINTERTHOUR/Le Kunst Museum est né. Une vraie fusion est possible

Crédits: Keystone

L'institution propose une véritable brochure pour son programme 2018. Rien là que de très normal! Elle s'offre un cadeau de mariage. Le Kunst Museum de Winterthour est né de l'union du Kunstmuseum, centenaire depuis 2015, et du Museum Oskar Reihart am Stadtgarten, qu'il faut bien distinguer de la Fondation Oskar Reinhart am Römerholz. Il y avait anguille sous roche. Je vous ai déjà expliqué il y a un an comment le Museum avait discrètement accueilli les Fondations Briner et Kern. La partie germanique classique du Kunstmuseum est venue par la suite. C'était un concubinage de raison, ou plutôt une partie carrée réfléchie. Briner et Kern n'attiraient presque aucun visiteur en dépit de leurs magnifiques collections. Le Museum Oskar Reinhart semblait endormi. Plus dynamique, le Kunstmuseum avait besoin d'une nouvelle extension. 

Tout est donc bien qui fini bien, sous la houlette du Kunstverein dirigé par Tobias Guldimann. Le Kunst Museum dont l'actuel directeur se nomme Konrad Bitterli, pourra développer une politique globale avec le soutien de la Ville de Winterthour et du Canton de Zurich. Ils ont les deux mis la main à la pâte et au portefeuille Les privés vont entrer dans le jeu. La Villa Flora des Hahnloser, qui avait dû fermer pour des raisons financières, se verra transformée et intégrée au parcours. Ce sera la prochaine étape. La Villa entrera du coup dans le Kunst Museum Winterthour. Une seule identité pour trois lieux assez proches géographiquement. Comme quoi on peut y parvenir sans se mettre cul par dessus tête pendant de décennies, comme à Genève.

Expositions adaptées aux lieux 

Du coup, les expositions de 2018 pourront se tenir dans l'ex-Kunstmuseum comme dans l'ex-Museum Oskar Reinhart, selon les styles et les besoins. Le Kunstmuseum, qui dispose d'une belle extension récente d'Annette Gigon et Mike Guyer construite pour le prix ridiculement bas de 4,5 millions, se prête mieux au contemporain. Il accueillera aussi bien l'Allemande Katinka Bock du 21 janvier au 2 avril que sa compatriote Karin Sander du 8 septembre au 18 novembre. Ce sera dans l'ensemble une année féminine. Il y aura aussi des sculptrices dans les salles permanentes du 27 janvier au 12 août que des «Women» chez les ex-Reinhart du 24 février au 17 juin. C'est néanmoins dans l'ancien Kunstmuseum qu'Alberto Giacometti rencontrera Ferdinand Hodler du 21 avril au 19 août. La contribution locale à «l'année Hodler». 

Via la Fondation Briner, le «Reinhart am Stadtgarten» proposera des «Montagnes hollandaises» du 7 juillet au 20 janvier 2019. Un paradoxe. Mais de nombreux peintres des XVIIe et XVIIIe siècles sont allé chercher ailleurs cette forme d'exotisme. La Fondation Kern, vouée à la miniature ancienne, amènera «The Female Touch» du 24 février au 17 juin. L'année finira traditionnellement avec l'accrochage annuel dédié par l'ex-Kunstmuseum la création contemporaine autour de Winterthour. J'aurai l’occasion de vous reparler de ces diverses choses.

Photo (Keystone): Le Kunstmuseum lors d'une exposition Gerhard Richter dans l'extension contemporain des Gigon-Guyer.

Ce texte intercalaire en accompagne un autre sur le Kunstmuseum.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."