Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VEVEY/Images a donné son Grand Prix 2018 au projet de Peter Puklus

Crédits: Images, Vevey

Il aura fallu trois jours de délibérations, mais sans doute pas les deux nuits entre. Le jury du Grand Prix Images Vevey, que présidait Christian Marclay (connu entre autres pour sa magnifique vidéo de vingt-quatre heures intitulée «The Clock») a rendu son, ou plutôt ses verdict(s). Le Hongrois Peter Puklus a obtenu la récompense pour sa proposition «The Hero Mother/How to Build a House». Quant au Prix Livre Images Vevey 2017-2018, il va au Néo-Zélandais Jono Rotman, qui soumettait «Mongrelism». 

Je ne vais pas vous donner ces nouvelles fraîches toutes crues. Un peu d'explications s'impose. Né dans la Roumanie de 1980, Puklus a été formé en Hongrie, puis à Paris. Il vit aujourd'hui à Budapest, où il termine son doctorat en photographie (si, si, ça existe cet animal-là!) à la Moholy-Nagy University of Art and Design (MOME). Son truc, c'est la narration. Il propose ici de travailler sur le sujet (devenu selon moi bateau) du rôle des hommes et des femmes dans la société. La maternité resterait une activité héroïque présumée et la paternité provoquerait un vif goût pour la construction d'un foyer à protéger. Mais je vous rassure bien vite. Puklus nous déconstruira ça vite fait, bien fait. Son enquête ludique prendra la forme de travaux sculpturaux, performatifs et tout de même photographiques.

Un travail à venir 

A cette occasion, le jury, complété par Simon Baker, de la Tate Gallery, de Lars Boering, directeur du World Press Photo d'Amsterdam, Darius Himes, de chez Christie's, et Luce Hebart (tiens, une femme!) de l'Institut canadien de la photographie s'est bien entendu fendu du texte qui décoiffe. Après avoir dit que l'oeuvre de Puklus était «totalement nouvelle», vous saurez que l'homme va «questionner la dynamique des rôles sexuels.» Il paraît que le résultat sera amusant. Je l'espère. J'avoue que la Prix de la dernière édition de cette biennale, en septembre 2016, m'avait laissé perplexe, comme on dit quand on veut rester poli. Christian Patterson avait alors reconstitué quai Perdonnet une vieille épicerie de village de l'Amérique profonde, avec des produits périmés. So what, et quel rapport avec le 8e art? 

Sur le plan financier, Vevey constitue pour un photographe une bonne affaire. Tous les deux ans, entre les éditions, un lauréat empoche 40 000 francs afin de développer un projet inédit. Il s'agit donc pour lui non pas de montrer quelque chose, mais de bien se vendre. L'homme ou la femme doit ensuite matérialiser son idée. Il faudra que Puklus soit fin prêt en septembre 2018, Images se déroulant alors entre le 8 et le 30.

Motards maoris 

Il n'en va de même pour le Prix du Livre Images, qui constitue en fait une aide à la publication. Né en 1974, Jono Rotman documente depuis dix ans les gangs de motards maoris. Signe particulier, ces derniers se revêtent de vêtement évoquant le IIIe Reich allemand. «Dans son travail, Rotman fait preuve d'une rare sensibilité face aux questions éthiques et pratiques liées à un projet documentaire de cette ampleur.» Je dois dire que les quelques portraits envoyés par Images pour mettre en bouche montrent un résultat assez impressionnant. La série a fait jusqu'ici l'objet d'expositions. Il manquait l'ouvrage imprimé. L'aide sera de 10 000 francs.

Un dernier mot, ou plutôt quelques chiffres pour terminer. Le Grand Prix Images a reçu 440 candidatures issues de 47 nations. Le jury avait fait un pré-choix de 81 dossiers. Outre le Grand Prix, il a accordé trois mentions. Pour le livre, les intéressés étaient 194, venant de 34 pays. Le jury avait tiré de cette masse 32 sujets lors d'un premier tour. Il n'y a là qu'une seule récompense. 

Et voilà!

Photo (Site d'Images): La salle du Castillo, à Vevey, lors du choix des jurés en 2017.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."