Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VEVEY/Fin d'une époque pour le Musée suisse de l'appareil photographique

Crédits: Musée suisse de l'appareil photographique

J'ai l'impression de les avoir toujours connus à la tête du Musée suisse de l'appareil photographique. Leur double mandat a pourtant bien commencé un jour (1). Logique, dans ce cas, qu'il se termine aussi une fois. Ce sera le cas en juin prochain. Pascale et Jean-Marc Bonnard-Yersin prendront alors leur retraite. Il faudra leur trouver un (ou des) successeur(s), et ce au moment la Municiplaité veveysane ne semble pas au mieux de sa forme. Ses bisbilles internes ont exigé un arbitrage lausannnois, qui a échoué. Le quotidien «24 Heures» a pu en faire ses choux gras.

«Nous aimerions partir en laissant nos affaires en ordre», explique Jean-Marc Yersin dans un bureau encombré de matériel. «La première chose était de publier nos collections dans leur présentation actuelle.» Celle-ci commence un peu à vieillir, même si l'institution, fondée en 1971 par Claude-Henry Forney, a débuté dans un autre endroit en 1979 avant de déménager dix ans plus tard. Il faudra un jour tout repenser. «Mais il y aura toujours les six livres que nous comptions sortir entre 2016 et 2018. Quatre d'entre eux ont déjà paru. Nous tiendrons le calendrier.» Avec le premier tome, le lecteur se retrouve «Aux origines de la phtographie». Le second le promène «Au temps des plaques». Le troisième raconte «Le siècle du film.» Le dernier des volumes aujourd'hui disposibles traite de «La révolution numérique».

Collection à pérenniser 

«Il y en aura donc encore deux pour compéter le coffret», conclut Jean-Marc Yersin. Cent trente cinq francs le tout, au prix de souscription. Tirage: 500 exemplaires. On ne peut pas dire que le musée abuse. Mais tout cela s'est vu précédé par un travail de recherche de fonds. Des fondations, plus les amis du Musée, ont répondu présent. «La Loterie romande a voulu un plan définitif avant de se décider.» Avec cette base, le futur directeur, ou la future directrice (s'il s'agit d'une unique personne) aura «les mains libres» après une nomination qui risque de se révéler lente. A lui ou à elle de tout renouveler, voire de tout chambouler. Un musée reste toujours à réinventer. 

A enrichir aussi! Je vous ai dit, un article plus haut, qu'il y avait un appel au peuple pour l'achat d'un matériel à collodion et à ambrotypie. «Un ensemble aussi complet est devenu extrêmement rare.» Mais ce n'est pas tout. «Il faudra également pérenniser la présence du dépôt Ballaigues.» De quoi s'agit-il? De patrimoine cantonal. A la fin du XXe siècle, l'industrie photographique vaudoise a succombé à la mondialisation. Alpa et Bolex ont disparu. Il a fallu sauver dans l'urgence ce qui pouvait l'être. Faire échapper les archives à la benne, par exemple. Le plus clair du fonds a cependant été acquis par un collectionneur, Olivier Bourgeois. Or celui-ci «veut aujourd'hui s'en déssaisir.» Les Bonnard-Yersin (Pascale n'est pas présente lors de notre entretien) reprennent donc une ultime fois leur bâton de pélerin... Un peu en solitaires. «Pour que l'Elysée s'intéresse à nous et admette notre complémentarité, il aura fallu attendre Tatiana Franck.»

Une carière à reprendre 

Et après? Eh bien, Jean-Marc a envie de reprendre son métier de départ. Il était photographe. Je l'ai connu à ce titre au Musée d'art et d'histoire de Genève. Notez qu'il a pris ici un peu d'avance. Un petit album signé de son nom a même paru en juin dernier, tiré à 200 exemplaires. «Avec «Crise», réalisé entre Gary, Joliet et Chicago, je montre des quartiers industriels entiers tombant en ruines. Les gens ont quitté les lieux. Il n'y a plus personne sur mes images en noir et blanc.» 

(1) Le couple est en fait arrivé à Vevey en 1991.

Photo (Musée suisse de l'appareil photographique): Les Bonnard-Yersin présentant le premier livre de la série sur les collections du musée.

Ce texte intercalaire suit celui sur l'exposition Sébastien Kohler.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."