Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VENISE/Ettore Sottsass a l'éclat du verre aux Stanze del Vetro

Crédits: Stanze del Vetro, Venise

C'est un lieu magique. A l'arrière de l'Isola di San Giorgio Maggiore, entre une terrasse de café à l'italienne et les bateaux de plaisance amarrés à quai, se dresse un bâtiment longtemps laissé en friches par la Fondazione Cini. Repris par la Pentagram Stiftung en 2012, puis luxueusement remis en forme par l'architecte Annabelle Selldorf de New York, le lieu s'est vu nommé Les Stanze del Vetro. Il s'agit donc d'un espace voué au verre, pas forcément vénitien, mais en tout cas du XXe siècle. Il ne faut pas faire sans raison une concurrence au musée existant à Murano, qui a du reste été aussi récemment restauré. Inaugurée par une exposition Carlo Scarpa, le Stanze ont depuis proposé aussi bien des pièces finlandaises des années 1950 que la production contemporaine (dans le genre mahousse) de Laura de Santillana et d'Alessandro Diaz de Santillana. N'oublions pas que la Biennale n'accueille plus le verre depuis 1972!

L'endroit abrite en ce moment un hommage à Ettore Sottsass. Logique. Mort fin 2007, l'homme aurait fêté cette années ses 100 ans. C'est une opération plus ou moins jointe. Le magasin Olivetti de la place Saint-Marc, conçu par Scarpa vers 1955 et classé monument historique, propose parallèlement les céramiques du maître. Ce dernier n'a jamais été à proprement dit potier. Il a dessiné aux Etats-Unis, dans les années 50, puis en Italie au cours de la décennie suivante, un certain nombre de modèles qui se sont vus ensuite édités. Sans grand succès. Le producteur des vases américains n'avait vendu aucun exemplaire au bout d'un an. Mais c'est souvent comme ça, avec Sottsass... Ce précurseur devient culte après coup. Le cas le plus célèbre demeure la machine à écrire portable rouge Valentina. Alors que le grand public l'a boudée (les intellectuels, eux, avaient adoré), elle figure aujourd'hui dans les plus grands musées du monde.

Productif dans les années 1980 

Sottsass se voit donc aujourd'hui représenté aux Stanze par ses verreries. Les plus anciennes remontent à 1947. Leur auteur a trente ans. Il a vu le jour à Innsbruck, en pays ennemi, pendant la Première Guerre mondiale. Sa mère est Autrichienne. Architecte, son père s'est fait le disciple d'Otto Wagner, l'un des grands hommes de la Sécession viennoise. Il se prénomme également Ettore. Si vous voyez parfois des meubles des années 1920 ou 1930 attribués à Sottsass, il s'agit de produits d'Ettore Sr. Le fils commence logiquement par l'architecture. Il sort du Polytechnique de Turin en 1939. Le conflit suit bien vite. Le débutant en voit la fin comme prisonnier à Sarajevo. Autant dire qu'il reste inconnu en 1947.

Le gros de la production verrière de l'artiste se révèle cependant bien plus récent. Il date de années 1980. Sottsass a acquis un nom. C'est un innovateur et un fort en gueule, qui a découvert le design industriel aux USA. Selon lui, la force des Italiens dans ce domaine résulte dans l'heureuse absence d'école spécialisée et de celle d'une production de masse. Les gens restent plus inventifs. Avec le verre, produit pour la firme Venini, Fontana Arte et surtout le galeriste Mourmans (principal prêteur de l'exposition actuelle), il s'agit cependant de tout autre chose. Ce sont des articles de luxe, en édition très limitée, longs et compliqués à réaliser manuellement. D'où des prix musclés. Sottsass travaillait lors aussi pour Sèvres, comme l'a récemment prouvé une belle exposition dans le musée de la manufacture. C'est dire.

Des pièces énormes 

Ce qui frappe dans ces pièces, c'est la couleur, vive et joyeuse, mais aussi la taille. Ce sont des pièces deux ou trois fois plus grandes que les verres classiques de Venise. La monumentalité s’exacerbe pour l'ensemble commandé en 1999 pour le Millenium House du scheik Saud bin Muhammed Al-Thani du Qatar. Une maison pour laquelle ont également œuvré Ron Arad (pourtant Israélien...), David Hockney, Arata Isozaki et Achille Castiglione. Présenté pour la première fois au public, cet ensemble étonne par son caractère sculptural. Rien à voir avec la production antérieure, même si celle-ci restait déjà volontairement «inutilitaire». Il n'y a guère que pour Baccarat que Sottsass, ce boulimique de commandes, a vraiment donné des vases à fleurs. Assez ratés, du reste. Le cristal taillé correspond mal à l'esprit du co-créateur du groupe Memphis en 1981. 

Comme toujours, une salle de cinéma propose des documents sur l'artiste honoré par la rétrospective. Il s'agit cette fois de bandes de diverses d'époques ou l'auteur s'exprime, avec son langage aussi peu architecte que possible (1). Il y a aussi des témoins, récemment interrogés. C'est l'occasion de refaire, pendant qu'il reste temps, l'histoire de Memphis, ce collectif créé dans l'euphorie des années 1980. On se souvient de ces meubles colorés et biscornus, composés pêle-mêle de bois précieux et de plastiques imprimés. Tout cela n'a physiquement pas bien vieilli. Tel n'est pas le cas avec les verres, qui ont par définition conservé leur éclat. Nous sommes ici dans un univers ludique, optimiste et fantaisiste. L'antipode des temps actuels. 

(1) Sottsass se méfiait du jargon. «Etre architecte, ce n'est pas seulement écrire un fois tous les deux ans un article incompréhensible dans une revue que personne ne lit», avait-il coutume de dire.

Pratique 

«Sottsass, Il vetro», Le Stanze del Vetro, Isola du San Giorgio Magiore, Venise, jusqu'au 30 juillet. Tél.0039 041 52 29 138, site www.lestanzedelvetro.it Ouvert tous les jours, sauf mercredi, de 10h à 17h. Enorme catalogue. L'exposition du magasin Olivetti, place Saint-Marc, dure jusqu'au 30 août.

Photo (Le Stanze del Vetro): Une paroi de verres créés par Ettore Sottssas dans les années 1980.

Prochaine chronique le vendredi 9 juin. Le Musée international de la Réforme imprime la Bible, version 2017.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."