Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

VENISE/"De Poussin à Cézanne", le Museo Correr présente la collection Prat

Crédits: Museo Correr, Venise

C'est un personnage. On voit depuis longtemps Louis-Antoine Prat au Louvre, ou dans ses abords. Il y distribue ses avis de manière péremptoire. Il faut dire que l'homme, à la tête des Amis du musée depuis juin 2016, y a beaucoup travaillé. En bénévole, comme «chargé de mission». On lui doit ainsi plusieurs catalogues d’œuvres dessinés conservé au Cabinet des arts graphiques. Chassériau, par exemple. Il a aussi collaboré avec Pierre Rosenberg à ceux, plus généraux, de Watteau, de Poussin ou de David. L'érudit enseigne par ailleurs à l'Ecole du Louvre. On croise un peu partout dans le petit monde de l'art ancien Louis-Antoine, frisé et poupin, parfois accompagné de son épouse Véronique du «Figaro Magazine». 

Fils d'industriels, Prat est aujourd'hui surtout connu comme collectionneur de dessins anciens. Français uniquement. Il lui a passé entre les mains un millier de feuilles environ, dont il a conservé un peu plus de 200 pièces. L'amateur aime élaguer. Il a surtout voulu améliorer le niveau, faisait d'un ensemble au départ assez fantaisiste, avec beaucoup de curiosités, une chose muséale et par conséquent plus traditionnelle. En témoignent les expositions successives d'une partie de cet ensemble. Il y a eu une première tournée, américaine, en 1990-1991. «De main de maître» a fini son parcours à Paris en 1995. Au Louvre, bien sûr, avec une petite donation. Aujourd'hui, après Barcelone en 2007, c'est Venise qui reprend la main, avec un ensemble assez différent. «De Poussin à Cézanne» ira ensuite du 23 juin au 1er octobre à la Fondation Bemberg de Toulouse.

Défilé sur fond bleu roi 

Le Museo Correr abrite aujourd'hui cet ensemble. L'idée semble bonne. Les salles d'expositions, sous les toits donnant sur la place Saint-Marc, restent petites et assez basses de plafond. Pour Venise, tout au moins. Repeints en bleu roi, les murs mettent en valeur des œuvres finalement de petite taille, présentées selon un ordre chronologique. Un texte liminaire présente Prat. Il se voit, petite coquetterie, illustré d'une photo fort ancienne avec son épouse, le dessin se trouvant derrière eux ayant depuis longtemps été revendu. Défilent ensuite les pièces sélectionnées. Poussin est un grand nom. Tout commence en réalité avec un paysage romain daté 1587 de Jacques Stellaert, ancêtre flamand de la dynastie française des Stella. Puis il y a bien sûr ensuite Poussin, dont Prat possède une des dernières feuilles importantes en mains privées. Suivent Watteau, Boucher, David... 

Un accent spécial, qui n'existait pas en 1990-1991, se voit mis sur les grandes signatures du XIXe siècle. Ingres ou Delacroix, les frères ennemis, ont ainsi droit à une impressionnante sélection, tout comme Prud'hon ou Victor Hugo. Redon, Seurat et Cézanne demeurent plus modestement représentés sur le plan quantitatif tout au moins. L'intérêt de l'homme s'arrête apparemment là. Il n'y a pas (ou pas encore) d'incursions dans les modernes du XXe siècle. Comme je l'ai dit plus haut, le tout apparaît aujourd'hui très sérieux. Moins personnel. Plus officiel. Un brin guindé. C'est comme si le couple de collectionneurs pensait déjà à l'éternité. Il est permis de le regretter, ce qui n'enlève rien à la qualité de la plupart des créations présentées.

Pratique

«Da Poussin a Cézanne», Museo Correr, 52, piazza San Marco, Venise, jusqu'au 4 juin. Tél. 0039 041 240 52 11, site www.correr.visitmuve.it Ouvert tous les jours de 10h à 18h. L'exposition sera donc du 23 juin au 1er octobre à la Fondation Bemberg de Toulouse.

Photo (Museo Correr): L'un de deux dessins de Poussin présentés à Venise.

Ce texte intercalaire accompagne celui sur la présentation de la Collection Horvitz à Paris.

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."