Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Valse-hésitation. La foire ArtParis veut quand même avoir lieu au mois de septembre.

Annoncé, puis métamorphosé en un événement en ligne, le salon d'art contemporain envisage de nouvelles dates. Mais il veut être auparavant sûr de savoir qui viendra.

Dans les allées d'ArtParis.

Crédits: Photo tirée du site d'ArtParis.

Bondiou que c’est compliqué! La direction d’Art/Paris doit avoir pris des cours de valse-hésitation, danse de salon démodée s’il en est. Jugez plutôt! Cette foire d’art moderne et contemporain, qui joue les petites sœurs de la FIAC, a commencé par annoncer son édition de 2020 pour des dates comprises entre le 30 mars et le 2 avril. Je suppose que vous êtes au courant. Il y a eu depuis une certaine épidémie. Ce salon a donc déplacé ses dates pour la fin mai. Une version «online only», comme la chose s’est beaucoup faire depuis Art/Basel Hongkong fin mars. Cette dernière mouture s’est déroulée (ou devait se dérouler, les choses ne sont pas claires) du 28 au 31mai. L’élitisme n’en a pas perdu ses droits. Il prévoyait une«preview» numérique pour les VIP, le vulgaire se contenant des journées suivantes.

Tout cela aurait pu paraître suffisant, même si les foires en ligne ont marqué leurs limites ce printemps. Il y manque le glamour, le champagne et les bisous entre initiés. Si ces derniers ne sont toujours pas à l’ordre (ou plutôt au désordre) du jour, ArtParis a donc décidé de rebeloter cette année. Ses dirigeants viennent en tout cas d’en manifester l’intention. Oh, ils y vont prudemment! J’ai ainsi reçu en tant que VIP (est-ce que j’ai une tête de ce type, je commence à m’inquiéter?) un courriel assez étonnant. Je m’y vois sondé, comme bien d’autres personnes sans doute. Les dates fixées au Grand Palais vont du 10 au 13 septembre. Le texte commence par une question: «Serez-vous parmi nous?» Les choses vont mieux. La France déconfine. Les manifs ont repris. Les grèves ne sauraient tarder. Pour ce qui est des "manifs", c'est fait. «Si toutes les bonnes nouvelles se confirment pendant l’été, viendrez-vous au rendez-vous pour soutenir les galeries d’art qui en ont besoin plus que jamais après un printemps à l’arrêt?»

Un lieu très ouvert

Evidemment, ce ne sera pas comme avant, même si je ne crois guère au fameux «monde d’après». Il y aura des contrôles sanitaires renforcés. La jauge se verra resserrée (il y a eu 63 257 visiteurs en 2019). Mais nous ne sommes tout de même pas dans un lieu jugé confiné. La verrière de la nef se situe à 45 mètres de haut. Il faut tenter l’expérience de ce qui deviendrait le premier rendez-vous de la rentrée. L’«online» tient du pis-aller. «Organiser exceptionnellement ArtParis sans votre présence n’aurait aucun sens. Les galeries ont besoin de votre soutien.»

Je vous donne à tout hasard le site du salon. C’est www.artparis.com Mardi 16 juin à 15 heures, il ne touchait pas un mot de cette affaire, d’où l’obscurité de mon texte préprogrammé. Les responsables attendent peut-être avant de se décider les réponses, dont la mienne. Alors à votre avis, je dois y aller, ou pas?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."