Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Une sculpture du Bernin a été découverte par hasard dans les musées de Dresde

Le crâne de marbre avait été commandé par le pape Alexandre VII en 1655. Il devait rappeler sur son bureau la permanence de la mort.

Le crâne, d'un réalisme saisissant.

Crédits: Oliver Killig, Musées de Dresde 2021.

Il existe une sculpture du Bernin de plus. Je vous rassure tout de suite. Le géant italien est bien mort à 82 ans en 1680. Il ne peut donc d’agir que d’un marbre jusqu’ici mal attribué, ou tout simplement laissé anonyme. Le crâne exposé depuis le 28 mai à Dresde dans le cadre de «Bernini, der Papst und der Tod» était depuis longtemps visible du public. Il se voyait conservé au Schloss Pilnitz, au sud de la ville. Aucun scientifique ne s’était cependant intéressé jusqu’ici vraiment à lui. Il a fallu l’œil avisé de Claudia Kryza-Gersch. Elle s’est donc penchée sur cet objet figurant dans les collections royales saxonnes depuis le début du XVIIIe siècle.

Un autoportrait du Bernin vers 1650. Photo DR.

On savait le crâne d’origine romaine. Voilà qui tombait bien. En 1728, Auguste Le Fort a acquis 164 antiques et quatre pièces contemporaines de la famille princière des Chigi. En 1655, devenu pape, Alexandre VII Chigi avait passé une double commande à Gian-Lorenzo Bernini, qui était déjà au service de ses prédécesseurs depuis les années 1620. Il voulait un crâne en marbre pour poser sur sa table de travail et un cercueil de plomb qui serait en permanence installé sous son lit. La mort obnubilait le siècle baroque. Notons que la camarde sera au travail les deux années suivantes. Une épidémie de peste, avec des centaines de milliers de cadavres en dépit des quarantaines, masques et entraves à la vie publique. Alexandre devait rester en tout douze ans sur le trône de Saint-Pierre. Le temps de confier à l’infatigable Berlin la colonnade devant la basilique, la Regia Scala du Vatican et la ravissante église ovale (toute petite, celle-là) de Saint-André-du-Quirinal.

Une vitrine pour lui seul

A en juger par les photos, le crâne se voit maintenant traité comme une star. Une grande vitrine pour lui seul dans la Semper Galerie. Quant à l’histoire, elle court les sites et les revues spécialisés. J’ai emprunté la plupart des détails à l’article de Taylor Dafoe sur Artnet. Je sais ainsi également par ce biais que l’exposition est prévue pour durer jusqu’au 5 septembre. Si jamais vous passez par Dresde, n’hésitez pas...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."